change language     -         


Après la Corse, la Bretagne travaille sur le « droit à la différenciation »

11 February 2018, 17:48

politic

  • Facebook
  • Tweet
  • Whatsapp




  • news_image

    Après le discours d’Emmanuel Macron en Corse ce mercredi, Loïg Chesnais-Girard, président PS du Conseil régional de Bretagne, a estimé que la possibilité de créer un « droit à la différenciation » sur l’île, était « une opportunité pour faire valoir (les) convictions » de sa région.


    Le président PS du Conseil régional de Bretagne Loïg Chesnais-Girard a réagi mercredi soir au discours d’Emmanuel Macron en Corse. Lors de son allocution à Bastia, le chef de l’État s’est dit favorable à l’inscription de la spécificité corse dans la Constitution.

    Il a appelé à un travail de refonte de son article 72, qui définit l’organisation des collectivités, pour créer un « droit à la différenciation ». Il s’agissait là d’une des revendications principales des nationalistes corses.

    Ouvertures sur le droit à la différenciation

    Dans un communiqué publié mercredi soir, Loïg Chesnais-Girard, président PS du Conseil régional de Bretagne, a estimé que l’allocution du président de la République était « une opportunité pour faire valoir nos convictions et nos propositions ».





    « J’en retiens des ouvertures sur le droit à la différenciation et l’autonomie fiscale qui correspondent à des souhaits déjà exprimés par la Bretagne », a-t-il déclaré.

    « La Bretagne a toujours œuvré pour que les régions soient reconnues, que la capacité à agir soit renforcée et que notre région puisse expérimenter de nouvelles compétences au service de ses territoires et de ses habitants », ajoute-t-il.

    Avant de conclure que « fort de notre identité bretonne, française et européenne », il proposera à l’assemblée régionale, réunie le 15 février, « un travail sur le droit à la différenciation au sein de la République. »


    Source de l'article:ouest-france.fr


  • Facebook
  • Tweet
  • Whatsapp