change language     -         


De Bruxelles à l'Elysée, Zuckerberg en tournée européenne

May 22, 2018, 2:11 pm

Type: law

       




news_image

Parlement européen, réception collective puis tête-à-tête chez Macron, VivaTech : le PDG de Facebook mène une campagne de visites européennes, en évitant Londres.


 

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, est attendu ce mardi 22 mai au Parlement européen à Bruxelles pour s'expliquer sur les lacunes du réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.

Il sera reçu en fin d'après-midi par les chefs des groupes politiques de l'assemblée : cette audition était initialement prévue à huis clos, mais après de nombreuses protestations, elle sera finalement diffusée en direct sur internet.

Audition en ligne en direct

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a annoncé lundi que Zuckerberg avait accepté que son intervention soit retransmise "live" sur le Web, à la suite de la vive pression d'influents eurodéputés.

A trois jours de l'entrée en vigueur vendredi d'une législation européenne visant à mieux protéger les données personnelles des Européens (le RGPD), certains avaient exhorté Zuckerberg à rendre des comptes publiquement, comme il l'avait longuement fait le mois dernier devant les parlementaires américains.

Les parlementaires américains avaient soumis le jeune milliardaire américain à une pluie de questions pour comprendre comment la firme Cambridge Analytica avait pu exploiter à leur insu les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook, pour une utilisation à des fins politiques.





Le chef de file des eurodéputés libéraux, Guy Verhofstadt (Alde), menaçait ainsi de boycotter la rencontre à Bruxelles si elle restait privée. "Il y a plus d'utilisateurs de Facebook dans l'UE qu'aux Etats-Unis et les Européens méritent de savoir comment leurs données sont traitées", avait de son côté plaidé la commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova.

L'annonce d'une retransmission en direct a été abondamment saluée : "La transparence a gagné [...] Une rencontre derrière des portes closes aurait été une farce", s'est félicité le chef de file des eurodéputés sociaux-démocrates, l'Allemand Udo Bullmann. "La pression a marché", ont applaudi les Verts.

Selon des chiffres communiqués par Facebook à la Commission européenne, les données de "jusqu'à 2,7 millions" d'Européens ont pu être transmises de "manière inappropriée" à la firme Cambridge Analytica, impliquée dans la campagne présidentielle de Donald Trump.

Vera Jourova a plusieurs fois remercié ironiquement Mark Zuckerberg ces dernières semaines pour avoir prouvé par ce scandale à quel point des règles strictes s'imposaient, malgré les réticences des grands acteurs d'internet, grands consommateurs de données personnelles.

Le RGPD, "étape positive"

Devant les parlementaires américains, le patron de Facebook s'était excusé, reconnaissant n'avoir pas "pris une mesure assez large de nos responsabilités" aussi bien dans la protection des données que dans la propagation des "fake news" (fausses nouvelles), dans les ingérences étrangères dans les élections ou encore concernant les discours haineux sur internet.

Pour le plus grand plaisir des autorités européennes, il avait même qualifié "d'étapes positives" les nouvelles règles strictes qui entrent en vigueur le 25 mai dans l'UE. Le règlement général sur la protection des données (RGPD) va créer ou renforcer des droits individuels et imposer des obligations strictes aux entreprises qui collectent ou traitent des informations personnelles d'Européens, où qu'elles soient établies.

Facebook a cependant modifié le rattachement de ses utilisateurs pour éviter que d'autres que les Européens profitent du RGPD... et des amendes record – jusqu'à 4% du chiffre d'affaires mondial – qu'il permet.

Ce mardi, Mark Zuckerberg doit d'abord avoir une rencontre bilatérale à Bruxelles avec le président du Parlement européen d'une demi-heure en fin d'après-midi (à 18 heures, heure de Paris), suivie d'une audition d'un peu plus d'une heure retransmise en direct avec les chefs des groupes politiques du Parlement européen, puis d'une conférence de presse d'Antonio Tajani.

Mercredi, Zuckerberg doit faire partie de la quarantaine de dirigeants de grandes entreprises du numérique reçus à Paris par Emmanuel Macron, un sommet baptisé Tech For Good. Mais, honneur supplémentaire, il sera un des quatre dirigeants qui auront chacun droit à un tête-à-tête individuel avec le président français – les trois autres étant les patrons de Microsoft, IBM et Uber.





"Discussions rudes", promet l'Elysée

Facebook et Uber ayant l'un et l'autre connu bien des mises en cause sur leurs méthodes, pourquoi l'hôte de l'Elysée reçoit-il à part ces dirigeants ? A la veille du salon-conférence Viva Technology (dit aussi VivaTech, du 24 au 26 mai à Paris), tous profitent de ce déplacement dans la vieille Europe. Tech For Good est censé porter sur les améliorations que les technologies de l'information peuvent apporter à la société. Dara Khosrowshahi, le PDG d'Uber, présidera un groupe dédié au travail (ce qui semble passablement ironique), Ginni Rometty, la PDG d'IBM, celui sur l'éducation.

Les conseillers de l'Elysée ont expliqué à l'AFP que "le président cherche à initier un dialogue, avoir des discussions parfois franches, directes, parler de la régulation ou de la gouvernance internationale. Les entreprises sentent que dans l'atmosphère actuelle, elles n'ont pas d'autre choix que d'avoir une discussion avec le gouvernement."

Certaines entreprises annonceront à cette occasion des investissements et des créations d'emplois en France, a précisé l'Elysée. Plus positif pour leur image que de parler de leur optimisation fiscale, par exemple. Mais on promet côté présidence que "les discussions vont être assez rudes" sur certains sujets, a rapporté Reuters.

Emmanuel Macron va ensuite faire un discours au salon VivaTech, où il devrait parler inclusion numérique. Tandis que Mark Zuckerberg sera un des invités vedettes du même salon.

Londres boudée

Une commission parlementaire britannique a elle aussi invité le patron de Facebook à venir s'exprimer sur le détournement de données personnelles, menaçant même d'envoyer une "convocation officielle" s'il persistait à décliner. Apparemment sans résultat jusqu'à présent, le réseau social ayant "juste" envoyé fin avril son directeur des technologies, Mike Schroepfer, devant les élus d'outre-Manche.





Entreprise britannique, Cambridge Analytica est aussi mise en cause pour son rôle dans la campagne pro-Brexit.

T. N. (avec AFP)


Source de l'article: nouvelobs





allnews_image

Anne Hidalgo, la maire de la capitale, réclame pour sa part depuis des mois une «mise à l'abri» pour les quelque 2 300 personnes qui habitent ces campements de fortune dans des conditions jugées «indignes» par le Défenseur des droits.

Lire l'article


allnews_image

Cette année, après quatre décennies d'essais infructueux, l'agence spatiale américaine a testé avec succès un prototype de réacteur qui pourrait alimenter des colonies lunaires ou martiennes.

Lire l'article


allnews_image

L’isolement social chronique a des effets qui fragilisent la santé mentale des mammifères, souvent associé, par exemple, à la dépression et au trouble de stress post-traumatique chez les humains. Une récente étude suggère aujourd’hui que cet isolement soc

Lire l'article


allnews_image

Parlement européen, réception collective puis tête-à-tête chez Macron, VivaTech : le PDG de Facebook mène une campagne de visites européennes, en évitant Londres.

Lire l'article


allnews_image

Suite à la présentation par Jean-Louis Borloo le 26 avril dernier d’un rapport ambitieux, c’est mardi 22 mai que le président de la République détaillera son programme pour améliorer la vie des habitants des quartiers défavorisés, non pas avec de "grands

Lire l'article


allnews_image

L'ancienne députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen a effacé sur ses comptes Facebook et Twitter le nom Le Pen, hérité de sa mère Yann et porté par sa tante Marine, présidente du FN, et son grand-père Jean-Marie, cofondateur du parti.

Lire l'article




allnews_image

Avec le retour des sanctions, toute entreprise commerçant avec l'Iran risque de voir ses crédits dénoncés en France à l'échéance du moratoire fixé par Donald Trump.

Lire l'article


allnews_image

A l’occasion des débats sur la loi Alimentation, qui commencent la semaine prochaine à l’Assemblée Nationale, le député LREM Matthieu Orphelin déposera un amendement proposant l’interdiction du glyphosate d'ici à 2021.

Lire l'article


allnews_image

Avec le massacre perpétré par l’armée israélienne contre des civils palestiniens ce 14 mai, la question des partenariats entre l’Union européenne et le gouvernement de Netanyahou se pose. D’autant que Bruxelles y finance des recherches militaires et que d

Lire l'article


allnews_image

Depuis quelques semaines, les autorités se divisent sur l’épineux sujet de la démoustication de la Presqu’île d’Ambès. Le maire juge « insuffisants » les traitements imposés par le préfet, et le conseil départemental refuse de financer un épandage de bioc

Lire l'article