change language     -         


En Ukraine, le tourisme "nucléaire" est en plein essor

April 26, 2018, 10:04 am

Type: industry

       




news_image

Trois Suédois, un Allemand, deux Canadiens et un Argentin... Des touristes du monde entier affluent à Tchernobyl, en Ukraine, site du pire accident nucléaire de l'Histoire, devenu une attraction pour ceux qui veulent sortir des sentiers battus.

Maja Bandic, une Croate quinquagénaire, est venue exprès en Ukraine pour visiter cette centrale tristement célèbre dont le 4e réacteur explosa le 26 avril 1986 contaminant une grande partie de l'Europe.

"J'en avais marre des musées et bâtiments, de la globalisation. Chaque ville commence à se ressembler, on y voit des Ikea, Mango, Zara... Je voulais voir quelque chose de totalement différent, comme Tchernobyl", explique cette blonde rieuse à l'AFP au milieu de la zone d'exclusion contaminée et toujours inhabitée, qui entoure la centrale dans un rayon de 30 kilomètres.

Un rêve qui séduit un nombre croissant de touristes à en croire les statistiques officielles: l'an dernier, quelque 50.000 personnes (dont 70% d'étrangers) se sont rendues à Tchernobyl, soit une hausse de 35% par rapport à 2016... et de 350% par rapport à 2012.





Signe des temps, un kiosque de souvenirs offrant des t-shirts décorés de symboles de radioactivité noire et jaune et des masques à gaz soviétiques en caoutchouc kaki s'est ouvert à l'entrée principale de la zone d’exclusion. Pour un vrai développement touristique, il ne manque plus que des toilettes dignes de ce nom et des hôtels offrant plus que le confort rudimentaire actuellement disponible.

Pour Viktor Khartchenko, gérant de l'agence de tourisme Go2chernobyl.com, qui organise depuis 2012 des voyages vers ce site, ce boom touristique s'explique par deux facteurs clé: le 30ème anniversaire de la catastrophe en 2016 et l'installation la même année d'un nouveau dôme de confinement métallique au-dessus du réacteur accidenté, qui a permis de réduire fortement les fuites de matières radioactives.

Les deux évènements ont été abondamment couverts par les médias internationaux, ce qui a sans doute apaisé les craintes de ceux qui hésitaient à se rendre à Tchernobyl, estime-t-il, assurant que ces voyages ne représentent aucun danger. "Une journée de séjour dans la zone équivaut à deux heures de vol au-dessus de l'Océan atlantique en terme de dose de radiation absorbée", affirme M. Khartchenko.

Joel Alvaretto, un étudiant argentin, avoue lui, avoir "un peu peur" des radiations. On dit "qu'on peut voir les effets des radiations beaucoup d'années plus tard, mais je ne sais pas", ajoute-il.

"Nature plus forte que les humains"

En quittant Tchernobyl, tout le monde est obligé de passer des contrôles de radiation. Un grand dosimètre dans lequel on se tient debout, affiche "propre" pour M. Alvaretto, tout comme pour les autres membres de son groupe.

Plusieurs agences de voyages ukrainiennes offrent des excursions à Tchernobyl, d'une durée d'un à sept jours, et dont le prix varient entre 25 et 650 euros.

Au programme: visite de la nouvelle chape recouvrant le réacteur accidenté, de villages abandonnés, alimentation de gigantesques silures vivant dans les eaux radioactives d'un canal de refroidissement... Dans certains endroits, de petits dosimètres portables de visiteurs se mettent à bipper en désordre signalant les taux de radiations élevés. "Une vraie symphonie!", ironise un touriste.

Le point d'orgue de la visite est Pripiat, ville-fantôme située à seulement quelque kilomètres de la centrale et dont presque 50.000 habitants avaient été évacués en trois heures le 27 avril 1986 pour ne plus jamais revenir chez eux.

On y voit des immeubles résidentiels abandonnés, des écoles où des jouets d'enfants, livres ou notes manuscrites traînent encore, un parc d'attractions dont la grande roue s'élève toujours sur la place centrale: "Très cool de voir tout cela, de voir comment toute une ville n'est désormais qu'un vestige de ce qu'elle était jadis", confie Adam Ridemar, un étudiant suédois venu avec son père voir ce "lieu culte".





Il s'étonne de la végétation exubérante: "je m'attendais plutôt à trouver de la jungle de béton ici".

Le reconquête par la nature de ces terres abandonnées, où des routes asphaltées se rétrécissent, mangées petit à petit par des herbes folles et des maisons disparaissent derrière la broussaille de plus en plus dense, fascine beaucoup de visiteurs.

"Cela prouve que la nature après tout est plus forte que les humains. Et c'est très bien. C'est la puissance de Dieu", résume Mme Bandic. Les gens "jouent avec des choses dangereuses: ils ont le soleil, le vent et n'ont pas besoin de l'énergie nucléaire, trop dangereuse", estime-t-elle.


Source de l'article: https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/25/2786867-en-ukraine-le-tourisme-nucleaire-est-en-plein-essor.html



allnews_image

Le sucre de tombe pas du ciel, et encore moins sur Mars. Et parce qu’on ne pourra pas tout emporter dans les bagages, il est primordial de pouvoir exploiter les ressources locales pour obtenir des composés utiles. En ce sens, la NASA propose un concours.

Lire l'article


allnews_image

Plusieurs dizaines de personnes auraient reçu un mail de Google leur signalant qu'elles sont la cible d'une enquête du FBI. Partager

Lire l'article


allnews_image

Une équipe de chercheurs américains de l’Université du Minnesota annonce avoir imprimé en 3D un œil bionique. Si l’on est encore loin des yeux retrouvés dans certains films de science-fiction, un nouveau pas vient d’être franchi.

Lire l'article


allnews_image

Face à une salle comble d’experts internationaux en agriculture au siège de la FAO à Rome, le 27 août 2018, Akinwumi Adesina, lauréat du Prix mondial de l’alimentation 2017 et président de la Banque africaine de développement, a déclaré que « l’avenir de

Lire l'article


allnews_image

L’énergie libre : une énergie illimitée, gratuite et facile à produire ? Certains pensent qu’elle existe, mais que les industriels nous la cachent… Qu’en est-il vraiment ? Retour sur le mythe de l’énergie libre et sur le mal qu’il fait à notre environneme

Lire l'article


allnews_image

Les gaz à effet de serre sont responsables du réchauffement climatique, mais pas seulement. L’augmentation du dioxyde de carbone dans l’air pourrait aussi impacter notre alimentation. Voici comment.

Lire l'article



allnews_image

Faites-vous partie de ceux qui ressentent un lien fort avec leur âme dans le monde? À différents stades de notre vie, notre âme peut être appelée à un endroit différent sur Terre. Au moment de mon éveil spirituel, j’ai ressenti un appel d’une ville en

Lire l'article


allnews_image

« C'était comme si un homme de ma corpulence avait pris feu et m’avait traversé de part en part. »

Lire l'article


allnews_image

L’agence spatiale américaine a récemment publié une carte du monde montrant les milliers de feux en cours sur notre planète. Comment cette carte a-t-elle été élaborée, et pourquoi ?

Lire l'article


allnews_image

Auparavant, le véganisme était perçu comme une chose hippie, mais le mode de vie est désormais totalement traditionnel. Que les gens fassent le changement pour leur santé ou pour les animaux, il y a eu une augmentation de 600% chez ceux qui s'identifient

Lire l'article


allnews_image

A Chemnitz, la réunification a laissé un sentiment de déclassement. L’AfD a réalisé 27 % aux législatives dans la région.

Lire l'article


allnews_image

L’intelligence artificielle et le Big Data sont deux technologies en plein essor, pleines de promesses pour les entreprises de toutes les industries. Toutefois, le véritable potentiel révolutionnaire de ces deux technologies repose probablement sur leur c

Lire l'article


allnews_image

Vous avez mal lorsque vous devez mettre un tampon ou simplement vous rendre chez le gynécologue ? Pire, vous ne pouvez pas faire l’amour sous peine de subir des douleurs atroces ? Vous souffrez peut-être de vaginisme, un trouble psychologique qui touche 1

Lire l'article


allnews_image

Des chercheurs suisses ont identifié la zone du cerveau capable d’empêcher un comportement agressif en réponse à la colère. Il s’agit du cortex préfrontal dorsolatéral (dlPFC), également impliqué dans la planification et les fonctions exécutives.

Lire l'article


allnews_image

Dans le cadre de la 256e réunion nationale de l’American Chemical Society (ACS), une conférence de presse a eu lieu au Boston Convention & Exhibition Centre le mardi 21 août 2018. Celle-ci présentait de nombreux travaux traitant de divers thèmes scientifi

Lire l'article


allnews_image

Les mécanismes biologiques du sommeil commencent à livrer leurs secrets.

Lire l'article




allnews_image

L'entreprise de Google, DeepMind, spécialisée dans l'intelligence artificielle, a mis au point un logiciel capable de dépister plus de 50 maladies oculaires avec la même précision que des ophtalmologues aguerris.

Lire l'article