change language     -         


Poutine vante sa force nucléaire et met en garde les Occidentaux

March 1, 2018, 10:25 pm

Type: politic

       




news_image

Un chef militaire invincible, hégémonique et vindicatif. C'est ainsi que Vladimir Poutine s'est présenté jeudi pour son allocution annuelle devant les parlementaires et les gouverneurs de Russie.

Le discours était divisé en deux parties. Dans la première, monotone, il n'a pas du tout été question de politique intérieure ni de la campagne présidentielle. Vladimir Poutine a fixé une longue liste d'objectifs à atteindre pour l'économie et la société. La croissance économique russe a reçu l'ordre de croître plus rapidement que l'économie mondiale. Le 1,5 % de croissance en 2017, décrit comme une «solide reprise économique» par le président, reste à la traîne par rapport à la moyenne mondiale (3,6 %, selon le FMI). La productivité du travail, la modernisation des moyens de production, les exportations de biens manufacturés doivent s'accélérer ; les investissements augmenter. Le président russe a beaucoup insisté sur les profonds changements technologiques en cours et le risque encouru par son pays s'il ne prenait pas le virage à la corde.

«La question n'est pas que quelqu'un vienne s'emparer de notre terre et la ruine. Là, n'est pas le problème. C'est notre retard qui est la menace et l'ennemi principal.» Une phrase inhabituelle chez Vladimir Poutine, suggérant qu'il voyait désormais une prévalence des problèmes domestiques sur les menaces extérieures et la primauté du développement économique sur la conservation du pouvoir.





Maître des destinées du pays depuis dix-huit ans, Vladimir Poutine a répété des formules maintes fois utilisées lors des précédentes allocutions et est resté très vague sur les mécanismes qui permettront au pays de rattraper la moyenne mondiale. Le mot «réforme» n'a pas été prononcé une seule fois, alors que beaucoup d'économistes prédisent une inéluctable - et impopulaire - refonte du système des retraites dans les toutes prochaines années. Fléau national, le mot «corruption» a rapidement été évoqué pour minimiser un thème devenu le cheval de bataille de l'opposition radicale. «L'immense majorité des gens travaillant dans la gestion du pays sont honnêtes», a déclaré Poutine pour clore le sujet.

La seconde partie du discours a différé de la première comme le jour et la nuit. Démarrant sur «les efforts considérables entrepris pour consolider l'armée et la flotte», Vladimir Poutine est rapidement monté en cadence. Rappelant le mépris - selon lui - des Occidentaux pour la Russie après la désintégration de l'URSS, il s'est félicité que la Russie dispose aujourd'hui de toute une série d'armes nucléaires offensives «capable de percer n'importe quel système de défense» et «dont aucune autre armée que la nôtre ne possède l'équivalent».

Décrivant la Russie comme cernée par des systèmes défensifs et offensifs américains, il s'est fait menaçant: «Personne ne voulait nous écouter. Écoutez-nous maintenant.» Une attaque nucléaire contre un allié de Moscou, a-t-il également mis en garde, sera considérée comme une attaque contre la Russie et entraînera une riposte immédiate.

Pendant 45 minutes, Vladimir Poutine a décrit des armes de destruction massive «hypersoniques», «d'une manœuvrabilité extraordinaire» et «ultrasophistiquées». Une dizaine de projections vidéo, le plus souvent des images de synthèse, ont illustré ses propos. La télévision, auquel cet exercice était plus particulièrement destiné, a longuement insisté sur les visages ravis des parlementaires et les tonnerres d'applaudissements soulevés par la verve militariste du président russe.


Source de l'article: MSN





allnews_image

Anne Hidalgo, la maire de la capitale, réclame pour sa part depuis des mois une «mise à l'abri» pour les quelque 2 300 personnes qui habitent ces campements de fortune dans des conditions jugées «indignes» par le Défenseur des droits.

Lire l'article


allnews_image

Cette année, après quatre décennies d'essais infructueux, l'agence spatiale américaine a testé avec succès un prototype de réacteur qui pourrait alimenter des colonies lunaires ou martiennes.

Lire l'article


allnews_image

L’isolement social chronique a des effets qui fragilisent la santé mentale des mammifères, souvent associé, par exemple, à la dépression et au trouble de stress post-traumatique chez les humains. Une récente étude suggère aujourd’hui que cet isolement soc

Lire l'article


allnews_image

Parlement européen, réception collective puis tête-à-tête chez Macron, VivaTech : le PDG de Facebook mène une campagne de visites européennes, en évitant Londres.

Lire l'article


allnews_image

Suite à la présentation par Jean-Louis Borloo le 26 avril dernier d’un rapport ambitieux, c’est mardi 22 mai que le président de la République détaillera son programme pour améliorer la vie des habitants des quartiers défavorisés, non pas avec de "grands

Lire l'article


allnews_image

L'ancienne députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen a effacé sur ses comptes Facebook et Twitter le nom Le Pen, hérité de sa mère Yann et porté par sa tante Marine, présidente du FN, et son grand-père Jean-Marie, cofondateur du parti.

Lire l'article




allnews_image

Avec le retour des sanctions, toute entreprise commerçant avec l'Iran risque de voir ses crédits dénoncés en France à l'échéance du moratoire fixé par Donald Trump.

Lire l'article


allnews_image

A l’occasion des débats sur la loi Alimentation, qui commencent la semaine prochaine à l’Assemblée Nationale, le député LREM Matthieu Orphelin déposera un amendement proposant l’interdiction du glyphosate d'ici à 2021.

Lire l'article


allnews_image

Avec le massacre perpétré par l’armée israélienne contre des civils palestiniens ce 14 mai, la question des partenariats entre l’Union européenne et le gouvernement de Netanyahou se pose. D’autant que Bruxelles y finance des recherches militaires et que d

Lire l'article


allnews_image

Depuis quelques semaines, les autorités se divisent sur l’épineux sujet de la démoustication de la Presqu’île d’Ambès. Le maire juge « insuffisants » les traitements imposés par le préfet, et le conseil départemental refuse de financer un épandage de bioc

Lire l'article