change language     -         


Les USA poussent les Européens à augmenter leurs budgets militaires et à ne pas concurrencer l'OTAN

February 15, 2018, 5:39 am

Type: politic

       




news_image

Le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg et la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini, lors d'une réunion de l'OTAN à Bruxelles, le 5 décembre


Les Etats-Unis, qui voient d'un mauvais œil le projet d'une Europe de la Défense, font pression sur les pays européens, et particulièrement sur l'Allemagne, pour qu'ils s'engagent à consacrer 2% de leur PIB à leur défense.


L'unité de l'OTAN va être mise à l'épreuve comme elle l'a rarement été ses dernières années lors de la réunion entre les ministres de la Défense qui se tient les 14 et 15 février à Bruxelles.

D'une part, le chef du Pentagone James Mattis va réitérer la demande américaine aux pays européens d'augmenter leurs budgets militaires au sein de l'Alliance, pour atteindre la barre des 2% de leur PIB d'ici 2024. «Il est clair que l'OTAN a inversé la tendance à la baisse, et nous sommes maintenant dans la deuxième année, durant laquelle les nations dépensent plus pour la défense», a d'abord noté James Mattis dans des propos rapportés par The Hill,avant de passer à l'offensive. «Cela ne veut pas dire que tout le monde est là où ils doit être ou a des plans pour l'avenir, et nous en discuterons. Nous sommes tous des nations souveraines, et ce sont des décisions souveraines», a-t-il déclaré, prenant le soin de rappeler que tout le monde devait «porter sa part».

Seules huit nations remplissent à l'heure actuelle ou rempliront cette année le fameux critère des 2% : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Grèce, la Pologne, la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie et la Roumanie. D'autres pays, comme la France, qui a prévu d'augmenter ses dépenses de plus d'un tiers entre 2017 et 2025, ou la Turquie, devraient l'atteindre rapidement. Au total, 15 des 29 pays qui composent l'Alliance ont une stratégie pour atteindre cet objectif, décidé en 2014 en réponse au rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie.





L'Allemagne, en revanche, qui ne dépense qu'un peu plus d'1% de son PIB est particulièrement dans le viseur de Washington. «En Allemagne, la mise en place du nouveau gouvernement a retardé certaines de ces décisions politiques, mais j'ai des relations de travail étroites et collaboratives avec mon homologue, et elle m'assure que l'Allemagne va faire plus», a ainsi déclaré le chef du Pentagone pour faire monter la pression sur Berlin.

«Cela n'aurait aucun sens pour l'UE et l'OTAN d'entrer en concurrence»

Mais une autre perspective inquiète particulièrement Washington : portée par Berlin, l'idée d'une Europe de la Défense est en train de prendre corps au sein de l'Union. «Nous ne voulons pas que l'UE enlève des moyens à l'OTAN», a ainsi fait valoir Katie Wheelbarger, chargée de la sécurité internationale au ministère américain de la Défense. Sur les 28 pays membres de l'OTAN, 22 sont également membres de l'Union européenne.

Une préoccupation financière à laquelle a fait écho le secrétaire général de l'Alliance, le Norvégien Jens Stoltenberg le 13 février, qui a en outre demandé que le bloc ne ferme pas ses marchés de défense aux Américains et aux autres pays non membres de l'UE.

Mais le problème, pour Washington autant que pour l'OTAN, est évidemment géopolitique. Jens Stoltenberg s'est ainsi fait un devoir de rappeler aux européens les limites de leur initiative de défense, demandant que l'UE «ne se substitue pas à ce que fait l'OTAN». «Cela n'aurait aucun sens pour l'UE et l'OTAN d'entrer en concurrence», a-t-il encore insisté, répondant aux inquiétudes exprimées par la délégation américaine.

Reconnaissant des «divergences de vues» entre Américains et Européens, Jens Stoltenberg a cependant récusé l'impression d'un manque de confiance entre eux. La représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini aura pour tâche de les apaiser.

 


Source de l'article: RT





allnews_image

Anne Hidalgo, la maire de la capitale, réclame pour sa part depuis des mois une «mise à l'abri» pour les quelque 2 300 personnes qui habitent ces campements de fortune dans des conditions jugées «indignes» par le Défenseur des droits.

Lire l'article


allnews_image

Cette année, après quatre décennies d'essais infructueux, l'agence spatiale américaine a testé avec succès un prototype de réacteur qui pourrait alimenter des colonies lunaires ou martiennes.

Lire l'article


allnews_image

L’isolement social chronique a des effets qui fragilisent la santé mentale des mammifères, souvent associé, par exemple, à la dépression et au trouble de stress post-traumatique chez les humains. Une récente étude suggère aujourd’hui que cet isolement soc

Lire l'article


allnews_image

Parlement européen, réception collective puis tête-à-tête chez Macron, VivaTech : le PDG de Facebook mène une campagne de visites européennes, en évitant Londres.

Lire l'article


allnews_image

Suite à la présentation par Jean-Louis Borloo le 26 avril dernier d’un rapport ambitieux, c’est mardi 22 mai que le président de la République détaillera son programme pour améliorer la vie des habitants des quartiers défavorisés, non pas avec de "grands

Lire l'article


allnews_image

L'ancienne députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen a effacé sur ses comptes Facebook et Twitter le nom Le Pen, hérité de sa mère Yann et porté par sa tante Marine, présidente du FN, et son grand-père Jean-Marie, cofondateur du parti.

Lire l'article




allnews_image

Avec le retour des sanctions, toute entreprise commerçant avec l'Iran risque de voir ses crédits dénoncés en France à l'échéance du moratoire fixé par Donald Trump.

Lire l'article


allnews_image

A l’occasion des débats sur la loi Alimentation, qui commencent la semaine prochaine à l’Assemblée Nationale, le député LREM Matthieu Orphelin déposera un amendement proposant l’interdiction du glyphosate d'ici à 2021.

Lire l'article


allnews_image

Avec le massacre perpétré par l’armée israélienne contre des civils palestiniens ce 14 mai, la question des partenariats entre l’Union européenne et le gouvernement de Netanyahou se pose. D’autant que Bruxelles y finance des recherches militaires et que d

Lire l'article


allnews_image

Depuis quelques semaines, les autorités se divisent sur l’épineux sujet de la démoustication de la Presqu’île d’Ambès. Le maire juge « insuffisants » les traitements imposés par le préfet, et le conseil départemental refuse de financer un épandage de bioc

Lire l'article