change language     -         


Corruption, guerre des chefs... Pour cet ex n°2 de la DGSE, "la situation est très grave à Airbus"

January 6, 2018, 2:02 pm

Type: industry

       




news_image

Alain Juillet, ancien patron de l’intelligence économique à Matignon et directeur du renseignement à la DGSE dresse un portrait apocalyptique d’Airbus.
ROMAIN LAFABREGUE / AFP


EXCLUSIF L’ancien patron de l’intelligence économique à Matignon et directeur du renseignement à la DGSE dresse le portrait apocalyptique d’un Airbus menacé par les affaires, miné par le "pouvoir absolu" de Tom Enders et décapité de ses meilleurs éléments. Interview choc.


Alain Juillet n'a pas l'habitude de parler pour ne rien dire. Ancien directeur du renseignement à la DGSE, ex-responsable de l'intelligence économique à Matignon, le président de l'Académie de l'intelligence économique suit avec attention la situation d'Airbus depuis la montée en puissance des affaires decorruption. Il dresse pour Challenges un constat apocalyptique sur la situation du champion européen, menacé par les affaires de corruption, une incroyable guerre des chefs qui a abouti au départ du numéro deux Fabrice Brégier, le "pouvoir absolu" du président exécutif Tom Enders, et un conseil d'administration dépassé.

Que vous inspire le départ prochain du numéro deux d'Airbus Fabrice Brégier, après une lutte à mort avec le président exécutif Tom Enders ?

Cela faisait déjà un moment que Tom Enders s'employait à consolider son pouvoir absolu sur le groupe, récupérant peu à peu toutes les prérogatives de son numéro deux Fabrice Brégier. L'objectif était d'être en position de force pour obtenir un troisième mandat en 2019. Enders était en cela appuyé par le président du conseil d'administration Denis Ranque, au nom d'une alliance d'intérêts : Enders restait à la tête du groupe, Ranque à celle du board. Les affaires de corruption présumée ont aggravé les tensions entre Enders et Brégier. Tom Enders a voulu se saisir de l'affaire des irrégularités sur les ventes d'avions civils pour endosser le costume de M. Propre, démanteler la division SMO (Strategy and Marketing Organisation) de Marwan Lahoud et récupérer la responsabilité du commercial. Fabrice Brégier, lui, a voulu profiter du fait que Tom Enders était mis en cause dans l'affaire de la vente des Eurofighter en Autriche pour tenter de prendre sa place. Pour sauver sa tête, Enders devait liquider son adjoint. C'est ce qu'il a fait, avec la bénédiction du board.

Comment jugez-vous la situation actuelle du groupe, avec un Brégier en partance et un Enders très affaibli qui doit faire la transition jusqu'à 2019 ?

La situation est très grave : Airbus est aujourd'hui une société décapitée, plongée dans une crise managériale majeure. Fabrice Brégier quitte le groupe. Tom Enders reste, mais il est extrêmement affaibli. Le patron d'Airbus Helicopters Guillaume Faury le remplace, mais il n'a toujours pas de successeur à la tête d'une branche hélicoptères toujours en difficulté. Le groupe n'a plus de vrai patron de la stratégie depuis le départ de Marwan Lahoud début 2017. Le directeur commercial John Leahy, pilier du groupe, part à la retraite. Entre ceux qui partent et ceux qui sont virés, il y a un manque d'encadrement supérieur terrible chez Airbus. Tout est à reconstruire.

Tom Enders affirme qu'il quittera le groupe à l'échéance de son mandat mi-2019, après avoir géré la transition. Cette situation est-elle tenable pendant dix-huit mois ?

Il est certain qu'Enders apparaît extrêmement affaibli. Il voulait profiter des soupçons de corruption sur les contrats civils pour accroître son emprise sur le groupe et y faire le grand ménage. Le fait que son nom soit cité dans l'affaire autrichienne montre qu'il s'est fait prendre à son propre jeu. Ceci dit, il ne faut pas sous-estimer le bonhomme. On ne peut pas exclure qu'il tente de rester à la tête du groupe, si le montant de l'amende qu'infligera le Serious Fraud Office britannique est plus limité que prévu. Vu son caractère, on ne peut pas exclure non plus qu'il prenne des décisions fortes ces prochains mois, sur l'avenir de l'A380 par exemple, pour montrer qu'il est toujours le patron. Je suis persuadé que dans son esprit, le combat n'est pas fini.

Guillaume Faury a-t-il le bon profil pour remplacer Fabrice Brégier ?

C'est un très bon, indéniablement, qui connaît bien la maison et a fait du bon travail chez Airbus Helicopters. La question est de savoir s'il n'est pas un peu "bleu". Enders et Brégier étaient deux fauves : Faury a un profil beaucoup plus discret et réservé.

Airbus a réalisé une année 2017 record sur les livraisons, avec plus de 700 avions livrés. Le groupe est-il étanche à la crise de management actuelle ?

Ce qui est sûr, c'est qu'Airbus peut compter sur son énorme carnet de commandes, qui devrait lui permettre de vivre sans trop de problèmes pendant deux ou trois ans, ne serait-ce que par effet d'inertie. Mais le groupe doit prendre rapidement des décisions stratégiques majeures, sur l'A380 et l'A400M notamment. Tom Enders, dans la situation actuelle, est-il en position de prendre ces décisions qui engagent l'avenir de tout le groupe, comme un possible arrêt du programme A380 ?

Le conseil d'administration d'Airbus a-t-il été au niveau dans ce contexte ?

A l'évidence, il a failli. Il est invraisemblable que le conseil n'ait pas réagi plus tôt face à une situation managériale de cette gravité. Son rôle est justement d'éviter ce type de guerre des chefs, et de préparer dans la sérénité la succession des poids lourds du comité exécutif qui quittent le groupe.

Faut-il envisager un retour d'administrateurs représentant les Etats au sein du board, alors qu'ils en ont été éjectés en 2013 ?

Cela me paraît du simple bon sens. Vu les investissements consentis sur l'A400M, les Etats français et allemand sont fondés à revenir autour de la table. Cela devra être négocié entre la France et l'Allemagne quand cette dernière aura de nouveau un gouvernement stable. Le défi est de trouver des administrateurs étatiques compétents et impliqués, ce qui est loin d'avoir été systématiquement le cas dans les sociétés où l'Etat est au capital.

Les pouvoirs publics ont-il joué leur rôle ?

On a bien vu dans cette affaire que l'Etat français n'a, pendant longtemps, pas eu accès aux informations lui permettant de saisir la gravité de la situation. Après avoir surveillé l'affaire de loin, l'Elysée ne s'y intéresse vraiment que depuis quelques semaines. Il est grand temps d'agir.


Source de l'article: challenges.fr



allnews_image

Une cyberattaque «sans précédents» a touché des banques mexicaines. Par mesure de sécurité, les virements de plus de 2100 euros ont été bloqués.

Lire l'article


allnews_image

Avec le retour des sanctions, toute entreprise commerçant avec l'Iran risque de voir ses crédits dénoncés en France à l'échéance du moratoire fixé par Donald Trump.

Lire l'article


allnews_image

A l’occasion des débats sur la loi Alimentation, qui commencent la semaine prochaine à l’Assemblée Nationale, le député LREM Matthieu Orphelin déposera un amendement proposant l’interdiction du glyphosate d'ici à 2021.

Lire l'article


allnews_image

Avec le massacre perpétré par l’armée israélienne contre des civils palestiniens ce 14 mai, la question des partenariats entre l’Union européenne et le gouvernement de Netanyahou se pose. D’autant que Bruxelles y finance des recherches militaires et que d

Lire l'article


allnews_image

Depuis quelques semaines, les autorités se divisent sur l’épineux sujet de la démoustication de la Presqu’île d’Ambès. Le maire juge « insuffisants » les traitements imposés par le préfet, et le conseil départemental refuse de financer un épandage de bioc

Lire l'article


allnews_image

La lutte contre le gaspillage alimentaire, c’est aussi pendant l’été et la Banque Alimentaire à besoin de bénévoles pour ramasser des produits alimentaires et les redistribuer.

Lire l'article


allnews_image

Une équipe de biologistes de l’Université de Californie à Los Angeles rapporte avoir transféré le « souvenir » d’un escargot marin à un autre. Cette recherche pourrait conduire à de nouvelles façons de réduire le traumatisme des souvenirs douloureux, et p

Lire l'article


allnews_image

Le plus récent tournant bizarre de la politique chinoise de Donald Trump, qui accorde des concessions énormes au géant chinois de l'électronique ZTE à la veille de négociations commerciales entre les deux pays, démontre une fois de plus l’ampleur des conf

Lire l'article



allnews_image

Ce 12 mai, la "pêche" sera acceptée dans des commerces de Paris en plus d'une centaine de la ville limitrophe de Montreuil (93) où cette monnaie locale est née. Elle favorise le commerce et l'artisanat local qui l'acceptent en paiement. D'autres monnaies

Lire l'article


allnews_image

INDE La grêle et des orages qui ont abattu des murs, des arbres et des pylônes électriques...

Lire l'article


allnews_image

Discussion autour des jeux et de la réincarnation avec des moines à Wat Chedi Luang Mai, Thaïlande.

Lire l'article


allnews_image

25 illustrations qui font réfléchir sur le monde d’aujourd’hui

Lire l'article




allnews_image

Le territoire syrien a été le théâtre, dans la nuit de mercredi à jeudi, de la plus sérieuse confrontation militaire jamais survenue entre Israël et la République islamique d'Iran. Des dizaines de missiles ou de roquettes ont été tirés de part et d'autre,

Lire l'article


allnews_image

Honoré jeudi par le Prix Charlemagne à Aix-la-Chapelle (Allemagne), Emmanuel Macron en a profité pour envoyer un message à Angela Merkel.

Lire l'article


allnews_image

Un service national d'un mois obligatoire pour tous les jeunes, dont deux semaines d'internat, progressivement mis en place sur sept ans: les propositions du groupe de travail mandaté par l'Élysée sont entre les mains d'Emmanuel Macron, qui doit désormais

Lire l'article


allnews_image

Le lien entre une consommation accrue de poisson et une meilleure santé à long terme pour le cerveau est établi depuis longtemps. Cette recherche de la Chalmers University of Technology (Suède) en identifie une raison possible, la parvalbumine, une protéi

Lire l'article


allnews_image

Blanc et noir et plus petit qu’une pièce d’un centime d’euros, le moustique tigre (Aedes albopictus) est désormais présent dans 42 départements de la Métropole française. Etant donné sa dangerosité et l’épidémie de dengue actuelle à La Réunion, le Ministè

Lire l'article