change language     -         


Et si on arrêtait la viande pour sauver la planète ???

December 25, 2017, 11:46 pm

Type: EARTH

       




news_image

Dans cet article, nous vous proposons un argumentaire qui défend le « pour » et le « contre » sur un sujet fondamental pour le futur : la consommation de viande. A vous de vous forger votre opinion.
 

1 / S’informer

– Quels animaux se cachent derrière le terme viande ?

La viande regroupe tous les élevages de volailles, porcins, ovins et bovins.

– Quelle est notre consommation actuelle en France et à l’international ? Et quid de la production ?

En France, nous consommons 89 kilos de viande par personne et par an, soit deux fois plus que nos grands-parents. En Europe et aux Etats Unis, la croissance de la consommation de viande a ralenti. Dans les pays en voie de développement comme la Chine ou l’Inde, elle est en plein essor.

Résultat ? La production mondiale a quintuplé depuis les années 1950 avec 65 milliards d’animaux abattus chaque année (recensement en 2011) et 309 millions de tonnes produites en 2013.

– Pourquoi on en parle en ce moment ?

Aujourd’hui la consommation de viande est toujours importante et les conditions d’élevage et d’abattage sont régulièrement dénoncées dans les médias. Par exemple : « une grande majorité des poules sont élevées sans voir la lumière du jour comme les cochons qui passent leur vie en bâtiment ».

 

Face à cela, certains citoyens et des ONG protestent et réclament une diminution et une meilleure production. Leurs revendications ? Principalement, le poids environnemental avec un coût en eau très important pour irriguer les céréales et le fourrage qui nourrissent les bêtes ou encore les émissions de gaz à effet de serre et la déforestation. Mais aussi plus d’éthique et de bien être animal.

Arrêter la viande réglerait-il réellement les problèmes environnementaux ? N’y a t-il pas une approche plus responsable ? Pesons le POUR et le CONTRE.

2 / Se positionner

Le « Pour » : agir efficacement, végétalisons nos assiettes

Si l’aspect éthique est généralement, à juste titre, le premier argument qui s’impose pour questionner notre rapport à la viande, l’urgence écologique est également indissociable de notre consommation de produits animaux. Sauver la planète est un objectif qui peut sembler bien ambitieux au regard de la croissance de la population mondiale et de notre consommation effrénée des ressources. Pour autant, nous ne sommes pas à court de solutions pour limiter notre impact : végétaliser notre alimentation en fait partie.

Pollution, changement climatique, répartition des ressources… L’élevage intensif est souvent pointé du doigt comme le seul coupable. Or, qu’importe le mode d’élevage, le problème reste le même. Les animaux sont par exemple de mauvais convertisseurs de protéines : il faut en moyenne trois kilos de protéines végétales comestibles par l’humain pour produire un kilo de protéines animales (Mottet et al., FAO, 2017). En pratique, cela signifie que seul un tiers des protéines produites par les cultures destinées aux animaux d’élevage se retrouve effectivement dans nos assiettes : un détour de production particulièrement inefficace à l’heure où près de 800 millions de personnes souffrent de malnutrition.

L’élevage serait responsable de 14,5 % des émissions à gaz à effet de serre

Autre exemple : la production de viande est l’une des sources majeures d’émissions de gaz à effet de serre. Selon les Nations unies, l’élevage dans son ensemble serait responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, soit davantage que les émissions directes du secteur des transports (FAO, Tackling climate change through livestock, 2014). Et c’est sans compter l’aquaculture et la pêche !

La production de viande est aussi très gourmande en eau : si l’on compte l’eau douce utilisée et les eaux polluées par les procédés de production, il faut 4 100 litres d’eau pour avoir un kilo de protéines végétales issues des légumineuses, contre 6 100 pour les poulets et 10 300 pour les cochons (Mekonnen and Hoekstra, 2012)! Alors que l’OCDE et l’Onu ont récemment tiré la sonnette d’alarme sur les difficultés à venir pour approvisionner les habitants de la planète en eau potable, peut-on se permettre un tel gaspillage ?

Il n’a jamais été aussi facile de se tourner vers une alimentation plus respectueuse de l’environnement et des animaux

Face à l’accélération sans précédent du réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources, la consommation de viande apparaît comme un véritable luxe. Un luxe que nous devons collectivement remettre en question. Heureusement, il n’a jamais été aussi facile de se tourner vers une alimentation végétale : plus respectueuse de l’environnement et des animaux, elle est également équilibrée, diversifiée et savoureuse. Pourquoi donc ne pas se lancer maintenant ?

Le « Contre » : moins et mieux ! 

Le Collectif Plein Air milite pour le « MOINS et MIEUX » en matière d’élevage. Il en faut MOINS pour rétablir des cycles équilibrés de l’azote et du carbone et mettre fin à la déforestation. L’Europe utilise 282 millions de tonnes de céréales dont 173 millions de tonnes pour l’alimentation animale : c’est trop, et cela entretient l’usage des pesticides.

 

Mais faut-il arrêter toute consommation de produits carnés et laitiers ? Non. Il est possible de continuer à manger de la viande tout en respectant l’environnement. Sept explications à cela :

1. L’essentiel est la baisse globale de la consommation. Que chacun décide de sa part.

2. L’accompagnement politique est déterminant. Sinon l’export compense la baisse chez nous.

3. Des éleveurs respectueux de leurs animaux, il y en a. Il faut les soutenir.

4. Diverses études prospectives examinent les relations entre régime alimentaire et utilisation des terres : combien d’hectares de cultures ? de pâturages ? de forêts ? pour la biomasse ? Afterres 2050, concernant la France, postule une division du cheptel par deux. Agrimonde-Terra conclut que pour notre planète, avec 9,7 milliards d’habitants en 2050, plus on consommera de produits d’origine animale, plus il y aura de déforestation. Le seul scénario pouvant assurer la sécurité alimentaire serait celui d’une alimentation saine, très diversifiée. Le régime le plus sain prévoit 13 % de calories animales pour 2750 à 3000 kcal. Or en 2006 la disponibilité en France était de 36 % de calories animales pour 3500kcal !

5. L’abandon de la compétition alimentaire entre les animaux d’élevage et les hommes laisse les ruminants à l’herbe (indigeste pour l’homme), et tolère l’alimentation de porcs et de volailles (recycleurs par nature) par des sous-produits et co-produits non consommés par l’homme.

6. Les prairies stockent du carbone et protègent l’eau. Les plus extensives sont les plus riches en faune et flore. Mais la suppression ou l’extension de l’élevage à l’herbe conduisent au labour de prairies et/ou à la déforestation – ce n’est pas bon.

7. Les acteurs de l’élevage industriel préconisent l’intensification : ce serait bon pour la planète que les animaux produisent encore plus, tout en mangeant moins. Cette croissance-là ne respecte rien, sauf les profits des industries en amont et en aval. C’est une réaction saine et sage de la part des végétariens, de vouloir mettre fin à la grande débauche. La reconnaissance de la sensibilité, de l’intelligence et des besoins des animaux fait partie intégrante du respect de notre planète.

Soyons exigeants sur le MIEUX en matière de bien-être des animaux d’élevage : à cet effet, assurons des prix justes pour le respect du vivant.

 

3. / Et si la solution était ailleurs ?

Arrêter la viande conventionnelle pour aller vers la viande de synthèse, produite de manière plus durable

La production conventionnelle de la viande pose, en plus de problèmes éthiques, de nombreux problèmes environnementaux. En effet, l’élevage utilise 30 % des terres non recouvertes de glaces, 8 % de l’eau douce, et produit 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre [1]. Parmi ces gaz à effet de serre, les émissions de méthane (plus puissant que le CO2) issues de l’élevage viennent d’être revues à la hausse de 11 % par rapport à une précédente estimation [2]. L’élevage est aussi l’un des principaux responsables de la déforestation, de la dégradation des habitats naturels et de l’eutrophisation des écosystèmes aquatiques (prolifération d’algues consommant l’oxygène de l’écosystème et l’asphyxiant) [3]
 
La demande mondiale de viande s’accélère, principalement dans les pays en développement, et devrait avoir doublé en 2050 [4]. Répondre à cette demande avec la production de viande conventionnelle doublerait donc ces impacts négatifs sur la planète.

 

image: https://www.la-revue-de-presse.fr/wp-content/uploads/2017/12/59f3612997f36-300x200.jpg

 

Adopter une alimentation végétale permet d’éviter ces problèmes mais une solution existe aussi pour les amateurs de viande : la viande cultivée en laboratoire. Cette viande, dont la production fait encore l’objet de recherche dans différents pays, ne demande pas que les animaux soient élevés dans des conditions qui ne satisfont pas leurs besoins biologiques, ni qu’ils soient tués. Quelques cellules leur sont simplement prélevées, puis ces cellules sont mises en culture avec des nutriments jusqu’à ce qu’elles se développent et qu’on obtienne du muscle et donc de la viande.

Plusieurs types de viandes, qui ne sont pas encore commercialisées, ont déjà été créés, comme du bœuf, du poulet, du canard, de la dinde, du poisson, etc. Ces viandes sont développées pour avoir les mêmes qualités gustatives que la viande conventionnelle. Cette technique de production, en plus de présenter des avantages pour la santé grâce à un plus grand contrôle de la production et la non utilisation d’antibiotiques et d’hormones, sera produite d’une manière beaucoup plus durable que la viande conventionnelle. En effet la production de la viande cultivée devrait émettre de 78 à 96 % de gaz à effet de serre en moins, demandera 99 % moins de terres et de 82 à 96 % moins d’eau que la production de viande conventionnelle.

La Chine vient par exemple d’investir 300 millions de dollars pour produire de la viande plus durablement

Des études montrent que cette production pourrait aussi demander moins d’énergie [3]. N’étant plus utilisées pour l’élevage, certaines terres pourraient retourner à l’état naturel, fournissant des habitats pour les animaux sauvages, dont 50 % d’entre eux ont disparu depuis 40 ans [5]. Ainsi, l’intérêt pour cette nouvelle viande grandit et la Chine vient par exemple d’investir 300 millions de dollars dans cette technologie afin de produire de la viande plus durablement.

Références :

[1] FAO, Livestock ’s Long Shadow – Environmental Issues and Options, Food and Agricultural Organization of the United Nations : Rome, 2006.
[2] Julie Wolf, Ghassem R. Asrar and Tristram O. West, Revised methane emissions factors and spatially distributed annual carbon fluxes for global livestock, Carbon Balance and Management, 2017.
[3] Tuomisto H L, de Mattos M J T, 2011, Environmental impacts of cultured meat production, Environmental Science & Technology, 45, 6117–6123.
[4] FAO, The state of food and agriculture (Report) (Rome), 2009.
[5] Rapport WWF, 2016.

 

Source : https://usbeketrica.com/article/arreter-viande-sauver-planete-environnement-vegetarien-vegan-agriculture


Source de l'article: la-revue-de-presse





allnews_image

Anne Hidalgo, la maire de la capitale, réclame pour sa part depuis des mois une «mise à l'abri» pour les quelque 2 300 personnes qui habitent ces campements de fortune dans des conditions jugées «indignes» par le Défenseur des droits.

Lire l'article


allnews_image

Cette année, après quatre décennies d'essais infructueux, l'agence spatiale américaine a testé avec succès un prototype de réacteur qui pourrait alimenter des colonies lunaires ou martiennes.

Lire l'article


allnews_image

L’isolement social chronique a des effets qui fragilisent la santé mentale des mammifères, souvent associé, par exemple, à la dépression et au trouble de stress post-traumatique chez les humains. Une récente étude suggère aujourd’hui que cet isolement soc

Lire l'article


allnews_image

Parlement européen, réception collective puis tête-à-tête chez Macron, VivaTech : le PDG de Facebook mène une campagne de visites européennes, en évitant Londres.

Lire l'article


allnews_image

Suite à la présentation par Jean-Louis Borloo le 26 avril dernier d’un rapport ambitieux, c’est mardi 22 mai que le président de la République détaillera son programme pour améliorer la vie des habitants des quartiers défavorisés, non pas avec de "grands

Lire l'article


allnews_image

L'ancienne députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen a effacé sur ses comptes Facebook et Twitter le nom Le Pen, hérité de sa mère Yann et porté par sa tante Marine, présidente du FN, et son grand-père Jean-Marie, cofondateur du parti.

Lire l'article




allnews_image

Avec le retour des sanctions, toute entreprise commerçant avec l'Iran risque de voir ses crédits dénoncés en France à l'échéance du moratoire fixé par Donald Trump.

Lire l'article


allnews_image

A l’occasion des débats sur la loi Alimentation, qui commencent la semaine prochaine à l’Assemblée Nationale, le député LREM Matthieu Orphelin déposera un amendement proposant l’interdiction du glyphosate d'ici à 2021.

Lire l'article


allnews_image

Avec le massacre perpétré par l’armée israélienne contre des civils palestiniens ce 14 mai, la question des partenariats entre l’Union européenne et le gouvernement de Netanyahou se pose. D’autant que Bruxelles y finance des recherches militaires et que d

Lire l'article


allnews_image

Depuis quelques semaines, les autorités se divisent sur l’épineux sujet de la démoustication de la Presqu’île d’Ambès. Le maire juge « insuffisants » les traitements imposés par le préfet, et le conseil départemental refuse de financer un épandage de bioc

Lire l'article