change language     -         


Les USA ont levé leur interdiction fédérale de créer des virus mortels en laboratoire.

December 22, 2017, 8:26 am

Type: complot

       




news_image

Le gouvernement fédéral américain a levé un moratoire imposé sur le financement de la recherche impliquant le développement et l’étude des techniques visant à rendre certains virus plus meurtriers et plus transmissibles, voire mortels.

Le moratoire, imposé il y a trois ans, a gelé le financement de ce qu’on appelle la recherche sur le « gain de fonction » : soit des expériences controversées visant à modifier les agents pathogènes et à les rendre encore plus dangereux. Mais à présent, l’argent est de retour sur la table, donnant à ces essais le feu vert, une fois de plus.

Le directeur des National Institutes of Health (NIH), Francis S. Collins, a annoncé la levée du moratoire ce mardi, déclarant que la recherche sur le gain de fonction (dit GOF – gain of function) pour des virus tels que la grippe, le MERS (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) ainsi que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) pourrait nous aider à « identifier, comprendre et élaborer des stratégies ainsi que des contre-mesures efficaces contre les agents pathogènes évoluant rapidement, qui constituent une menace pour la santé publique ».

Cela pourrait s’avérer correct, mais cette décision ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique, qui ne se réjouit pas de la reprise de ces expériences controversées. Selon certains scientifiques, le nouveau flux de financement augmente le risque que des races d’agents pathogènes mortels échappent à l’endiguement des laboratoires, se frayant un chemin vers le public, ou ne tombe entre de mauvaises mains. « Je ne suis pas certain que le potentiel bénéfice issu de ces travaux soit plus important que le potentiel dommage », a déclaré le biologiste moléculaire Richard Ebright, de l’Université Rutgers (USA).

Pour atténuer ce risque, les NIH ont dévoilé une nouvelle réglementation quant à l’approbation des financements concernant les recherches sur les pathogènes, avec des examens prévus dans le but d’analyser les avantages potentiels des études proposées, « ainsi que le potentiel de créer, transférer ou utiliser un agent pathogène potentiellement amélioré », ont-ils ajouté.

Les nouvelles réglementations visent à guider les groupes scientifiques dans l’évaluation des recherches proposées, concernant ces formes « améliorées » de pathogènes pandémiques potentiels (dits PPP), qui sont définis comme des virus hautement transmissibles et susceptibles de largement se propager de manière incontrôlée au sein des populations humaines, ainsi que de causer une morbidité ou une mortalité significative.

Pour obtenir un financement grâce au nouveau processus, les chercheurs devront démontrer qu’ils ont la capacité de mener leurs recherches sur les pathogènes dans des installations sûres et sécurisées, avec des plans de secours pour atténuer les problèmes tels que « des accidents de laboratoire, de protocoles et de procédures, ainsi que de potentielles violations de la sécurité ». « Nous voyons cela comme une politique rigoureuse. Nous voulons être certains que nous faisons cela correctement », a déclaré Collins.

 

Pourtant, il reste de nombreux sceptiques. Le moratoire sur le financement a été imposé à la suite d’une série de bavures concernant le bioconfinement aux États-Unis. Incluant notamment l’exposition accidentelle des travailleurs des centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) à l’anthrax, ainsi qu’une manipulation dangereuse des échantillons de grippe aviaire (une souche mortelle a été substituée involontairement à un échantillon bénin).

Alors en effet, des nombreux scientifiques affirment que ces accidents seront une fois de plus inévitables, maintenant que la restriction est levée, en insistant sur le fait que peu importe la rigourosité de la nouvelle politique mise en place, l’élément le plus incontrôlable dans tout cela, soit l’erreur humaine, reste inchangé. Selon eux, tous ces pathogènes améliorés et mortels ne sont pas l’élément le plus dangereux : c’est plutôt nous, qui le sommes. « Un humain sera meilleur pour propager des virus qu’un aérosol », affirme l’épidémiologiste Marc Lipsitch du Harvard T.H. Chan School of Public Health (USA). « L’ingénierie n’est pas ce qui m’inquiète. Mais les accidents après accidents sont le résultat d’erreurs humaines », ajoute-t-il.

Pourtant, d’autres se réjouissent de la capacité renouvelée à faire des progrès scientifiques dans ce domaine controversé, en argumentant que les avantages l’emportent sur les risques potentiels, en soulignant que les virus naturels évoluent également et de toute manière, par eux-mêmes. En d’autres termes, ils suggèrent que la menace de futures pandémies ne pourra jamais être totalement contrôlée, que nous choisissions ou non d’étudier de nouveaux virus émergents dans les laboratoires.

« Il y a eu des examens plus approfondis des laboratoires travaillant dans ce domaine, ce qui peut mener à une culture de sécurité encore plus robuste. Mais je crains également que le moratoire a retardé des recherches vitales », a déclaré Samuel Stanley, le président du National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB). « Je pense que la nature est le bioterroriste ultime et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garder une longueur d’avance ».

Sources : NIHU.S. Department of Health and Human ServicesNCBI

 


Source de l'article: http://trustmyscience.com



allnews_image

Le ministère de l’Agriculture (USDA) et la Food and Drug Administration (FDA) américains viennent d’annoncer leur intention de superviser la production de viande cultivée en laboratoire, de manière à pouvoir être vendue en toute sécurité aux consommateurs

Lire l'article


allnews_image

Et si nous pouvions piéger et stocker l’énergie solaire pour ensuite l’utiliser afin d’alimenter nos maisons ? C’est ce à quoi travaille une équipe de chercheurs suédois. Et la technologie commence déjà à faire ses preuves.

Lire l'article



allnews_image

La demande généralisée des consommateurs de produits en plastique exempts de bisphénol-A (BPA), substance chimique contenant des perturbateurs endocriniens, a conduit à des changements positifs et importants dans la fabrication des récipients alimentaires

Lire l'article


allnews_image

Dans la baie de San Francisco, la pollution causée par le Camp Fire, qui sévit à plusieurs centaines de kilomètres, a dépassé les niveaux observés en Inde ou en Chine.

Lire l'article


allnews_image

Dans son dernier ouvrage*, Marc Chesney dresse un parallèle entre la Première Guerre mondiale et la crise financière de 2008. Pour le professeur de finance de l’Université de Zurich, une société civilisée vacille dans les deux cas. Aujourd’hui, une aristo

Lire l'article


allnews_image

Emmanuel Macron a annoncé lundi, lors d’un discours au Forum sur la gouvernance de l’Internet, la création d’un groupe de travail composé d’employés de Facebook et de membres issus d’autorités françaises. Une première.

Lire l'article



allnews_image

Des chercheurs américains sont parvenus à mettre au point une technique d’espionnage en utilisant le wifi. Il s’agit de voir les mouvements d’un individu à travers les portes, par le biais d’un simple smartphone équipé d’un algorithme.

Lire l'article


allnews_image

Nous avons demandé à un physicien et un philosophe d’expliquer ce qu'est le rien, et c’est vraiment quelque chose.

Lire l'article


allnews_image

Nous mangeons de nombreux céphalopodes tels que les poulpes, les calamars ainsi que les seiches. Délicieux mais également bons pour la santé et l’environnement, ces animaux marins ont également la réputation d’être très intelligents. Faut-il réellement s’

Lire l'article


allnews_image

Ce n’est ni une « fake news » ni une farce : lundi dernier, des délégués de l’ONU ont louangé le royaume islamiste. À lire.

Lire l'article


allnews_image

L’autorité garante de la concurrence a estimé que ces sociétés étaient coupables de "pratiques commerciales malhonnêtes" à l’issue d'une enquête.

Lire l'article


allnews_image

Derrière les États-Unis et la Russie, la France a exporté pour 5 milliards de dollars (4,1 milliards d'euros) d'armes.

Lire l'article


allnews_image

Jours après jours, le phénomène du blocage du 17 novembre 2018 s'amplifie. Voici aux dernières nouvelles la carte de tous les emplacements des blocages en France.

Lire l'article


allnews_image

Le ministre de l'Action et des Comptes publics a annoncé la mise en place prochaine d'une expérimentation sur le plateau de l'émission "Capital".

Lire l'article




allnews_image

POUR UNE JOURNÉE DE RÉSISTANCE SIMULTANÉE, SANS FRONTIÈRES, LE 10 DÉCEMBRE 2018 contre le durcissement du capitalisme et de la société autoritaire

Lire l'article


allnews_image

Cela fait plus d’un mois qu’un étrange nuage est apparu sur Mars. Long de 1 500 kilomètres, il est accroché au deuxième plus gros volcan de la planète rouge.

Lire l'article


allnews_image

Le procureur a requis douze mois, dont quatre ferme, contre deux prévenus et six mois avec sursis contre cinq autres, dépourvus de casier judiciaire.

Lire l'article


allnews_image

Le concours d'abstinence est une aubaine pour les sites de lutte contre la pornographie et la masturbation.

Lire l'article