change language     -         


Poutine vante sa force nucléaire et met en garde les Occidentaux

March 1, 2018, 10:25 pm

Type: politic

       




news_image

Un chef militaire invincible, hégémonique et vindicatif. C'est ainsi que Vladimir Poutine s'est présenté jeudi pour son allocution annuelle devant les parlementaires et les gouverneurs de Russie.

Le discours était divisé en deux parties. Dans la première, monotone, il n'a pas du tout été question de politique intérieure ni de la campagne présidentielle. Vladimir Poutine a fixé une longue liste d'objectifs à atteindre pour l'économie et la société. La croissance économique russe a reçu l'ordre de croître plus rapidement que l'économie mondiale. Le 1,5 % de croissance en 2017, décrit comme une «solide reprise économique» par le président, reste à la traîne par rapport à la moyenne mondiale (3,6 %, selon le FMI). La productivité du travail, la modernisation des moyens de production, les exportations de biens manufacturés doivent s'accélérer ; les investissements augmenter. Le président russe a beaucoup insisté sur les profonds changements technologiques en cours et le risque encouru par son pays s'il ne prenait pas le virage à la corde.

«La question n'est pas que quelqu'un vienne s'emparer de notre terre et la ruine. Là, n'est pas le problème. C'est notre retard qui est la menace et l'ennemi principal.» Une phrase inhabituelle chez Vladimir Poutine, suggérant qu'il voyait désormais une prévalence des problèmes domestiques sur les menaces extérieures et la primauté du développement économique sur la conservation du pouvoir.





Maître des destinées du pays depuis dix-huit ans, Vladimir Poutine a répété des formules maintes fois utilisées lors des précédentes allocutions et est resté très vague sur les mécanismes qui permettront au pays de rattraper la moyenne mondiale. Le mot «réforme» n'a pas été prononcé une seule fois, alors que beaucoup d'économistes prédisent une inéluctable - et impopulaire - refonte du système des retraites dans les toutes prochaines années. Fléau national, le mot «corruption» a rapidement été évoqué pour minimiser un thème devenu le cheval de bataille de l'opposition radicale. «L'immense majorité des gens travaillant dans la gestion du pays sont honnêtes», a déclaré Poutine pour clore le sujet.

La seconde partie du discours a différé de la première comme le jour et la nuit. Démarrant sur «les efforts considérables entrepris pour consolider l'armée et la flotte», Vladimir Poutine est rapidement monté en cadence. Rappelant le mépris - selon lui - des Occidentaux pour la Russie après la désintégration de l'URSS, il s'est félicité que la Russie dispose aujourd'hui de toute une série d'armes nucléaires offensives «capable de percer n'importe quel système de défense» et «dont aucune autre armée que la nôtre ne possède l'équivalent».

Décrivant la Russie comme cernée par des systèmes défensifs et offensifs américains, il s'est fait menaçant: «Personne ne voulait nous écouter. Écoutez-nous maintenant.» Une attaque nucléaire contre un allié de Moscou, a-t-il également mis en garde, sera considérée comme une attaque contre la Russie et entraînera une riposte immédiate.

Pendant 45 minutes, Vladimir Poutine a décrit des armes de destruction massive «hypersoniques», «d'une manœuvrabilité extraordinaire» et «ultrasophistiquées». Une dizaine de projections vidéo, le plus souvent des images de synthèse, ont illustré ses propos. La télévision, auquel cet exercice était plus particulièrement destiné, a longuement insisté sur les visages ravis des parlementaires et les tonnerres d'applaudissements soulevés par la verve militariste du président russe.


Source de l'article: MSN




allnews_image

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession for

Lire l'article


allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article




allnews_image

Si auparavant la prédiction des comportements humains était une priorité pour améliorer la performance des entreprises et améliorer notre quotidien, aujourd’hui le souci de la protection de nos données est devenu un enjeu majeur.

Lire l'article


allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article


allnews_image

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable

Lire l'article


allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article