change language     -         


Les conspirationnistes ont juste envie de se sentir uniques

May 1, 2018, 9:41 am

Type: complot

       




news_image

Les amateurs de théories du complot préfèrent les hypothèses les moins populaires, ce qui indique qu'ils cherchent avant tout « l'exclusivité ».


Internet déborde de suggestions extravagantes. Des évènements vraisemblablement fortuits deviennent des conspirations. Quelques puissants fomentent des complots à des fins obscures, souvent pour satisfaire des manipulateurs de l’ombre. Comme l’a remarqué Karl Popper dans Conjectures et réfutations (1963), certains individus aiment lier les choses qui ne leur plaisent pas aux intentions de quelques individus d’influence. Les théories du complot ne datent pas d’hier, Internet a juste accéléré leur propagation — et la circulation de l'information en général. Mais qui sont les gens qui croient en ces conspirations, et qu'ont-ils commun ?

Bien entendu, toutes les théories du complot ne sont pas équivalentes en plausibilité. Dans ce sondage réalisé aux États-Unis en 2013, un sondé sur deux se déclare convaincu que l’assassinat du président John F. Kennedy est le résultat d’un complot. Pire (mieux ?), 4% adhèrent à la thèse selon laquelle des « personnes d’apparence reptilienne contrôlent le monde en prenant forme humaine pour s’accaparer le pouvoir. » (Extrapolé à la population américaine, cela représente tout de même 12 millions de personnes.) Malgré ces différences, les conspirationnistes ont tous un point commun ; c'est l'un des constats les plus solides de la recherche sur les théories du complot.





Les personnes qui croient aux reptiliens sont plus à même de douter que Lee Harvey Oswald a agi seul. Quant à ceux qui pensent qu’Oussama ben Laden était déjà mort lorsque les forces spéciales de la marine américaine l'ont « neutralisé », ils sont plus susceptibles de croire que ben Laden est encore en vie. De nombreux chercheurs en ont conclu que l’acceptation de théories du complot spécifiques n’était pas forcément dépendante des théories du complot elles-mêmes, mais plutôt une manifestation d’une certaine vision plus générale du monde. L’« idéation conspirationniste », le « système de pensée monologique » ou la « mentalité conspirationniste » peuvent être considérées comme des systèmes dans lesquelles le monde est dirigé par des forces obscures. Le complot lui-même (11 septembre, l'alunissage ou AZF) importe finalement peu.

Beaucoup accusent les conspirationnistes de ressentir un profond manque de contrôle sur leur vie, qu'ils l'imputent au hasard ou à des machinations extérieures. Dans cette étude, les participants auxquels il a été demandé de penser à des phénomènes sur lesquels ils n'ont aucune emprise (comme la météo) se sont montrés davantage enclins à accepter une théorie du complot que ceux qui avaient été chargés de penser à des éléments qu'ils contrôlent (les vêtements qu’ils portent ou leur choix de nourriture, par exemple,). Dans la même optique, les sondés soumis à des conditions de travail dont le niveau de contrôle était réduit (les chômeurs de longue durée, les travailleurs intérimaires) se sont montrés plus enclins à croire aux théories du complot que ceux qui jouissaient d'une situation professionnelle plus stable (un contrat de travail fixe, par exemple). L'idée de cette expérience est de montrer que le manque de contrôle augmente le besoin de ressentir une illusion de contrôle « compensatoire » — qui, vous l’aurez deviné, peut se trouver dans les théories du complot. Voir des tendances qui n'existent pas laisse une chance de prendre le contrôle, contrairement à l’attribution, par exemple, d’une catastrophe naturelle aux dynamiques incontrôlables de la météo.

Bien que cela explique certaines choses, ce n’est certainement pas toute la vérité. La théorie compensatoire présente les conspirationnistes comme de pauvres victimes dénuées de tout contrôle, s’accrochant au complot comme s'il s'agissait de leur dernier rempart contre notre monde chaotique. Cette image presque stéréotypée est contredite par le comportement hautain des théoriciens du complot, qui vantent leur perception supérieure et dénigrent les non-croyants (les conspirationnistes allemands appellent la population « mal informée » Schlafschaf, littéralement « mouton endormi »). Cette observation suggère que l'adoption d'une croyance n’est pas toujours une compensation d’un manque de contrôle : ce comportement peut être fondamental en soi. On peut se mettre à croire au complot pour se démarquer des masses ignorantes, pour se vanter d’avoir des connaissances exclusives. Adhérer à ces théories n’est pas toujours le résultat d'un manque de contrôle perceptible, mais d'un besoin profond d’unicité. Mon équipe et moi-même avons mis cette hypothèse à l'épreuve à l'aide d'une série d’études empiriques.

Dans notre première étude, l'intensité du besoin de sentiment d'unicité exprimé par les participants était lié, dans une certaine mesure, à leur acceptation de certaines théories du complot. De plus, les personnes généralement prédisposées à accepter une théorie du complot étaient plus susceptibles de croire en des théories validées par un petit nombre d'individus. Autrement dit, les individus dotés d'une mentalité conspirationniste étaient plus enclins à croire des théories moins populaires, ce qui suggère qu’ils aspiraient à l’« exclusivité » de leur croyance.





La conviction des complots peut servir à se démarquer des masses ignorantes—une façon de se vanter d’avoir des connaissances uniques.

Bien sûr, la corrélation n’implique pas la causalité (même si elles se manifestent souvent ensemble). Le fait que les personnes ressentant un fort besoin de sentir unique aient tendance à soutenir les théories du complot pourrait signifier que ce besoin les pousse à accepter des théories extrêmes afin de se distancer de la masse naïve. Ou tout simplement que croire à ces théories augmente le besoin de se sentir « spécial » et différent, comme une façon de se différencier des autres. Peut-être même qu'il n’existe aucun lien, que les gens qui se fichent de l’opinion des autres ont tout simplement tendance à vouloir se différencier d'eux et mettre en doute leur parole. En psychologie, le test décisif pour un effet de causalité supposé est l'expérience.

 

Nous avons donc inventé une théorie du complot de toutes pièces. Nous avons demandé à des participants américains de lire un débat complètement fictif ayant prétendument eu lieu en Allemagne. L’installation de détecteurs de fumée est obligatoire selon la législation allemande sur le logement. C'est la partie authentique de l'histoire. Et voici sa partie imaginaire : un ingénieur à la retraite a trouvé la preuve que ces détecteurs de fumée avaient des effets secondaires nocifs, et qu'ils émettaient un « hyperson » provoquant des nausées, des gastrites et des états dépressifs. Le principal (et fictif) fabricant de ces détecteurs de fumée, VdS Schadenverhütung GmbH, a rejeté ces accusations avec véhémence. La conspiration : VdS était de mèche avec le gouvernement et connaissait la dangerosité de ses appareils, mais n’a pas agi en conséquence. Ensuite, nous avons expliqué que cette conspiration était acceptée soit par une majorité (81%), soit par une minorité (19%) d’Allemands. Notre hypothèse était la suivante : les personnes avec une mentalité conspirationniste plus prononcée (déjà en corrélation avec le besoin d’unicité) ont plus de chances de croire à cette conspiration en découvrant qu’une minorité de personnes y adhère. Et c’est précisément ce qu’a révélé notre étude. Le nouveau complot semblait plus attirant s'il était soutenu par une minorité. Et c’est ainsi que les conspirationnistes se distinguent du reste de la population.

Ces conclusions apportent une compréhension plus nuancée de l’attrait des théories du complot. Bien que les résultats de notre expérience du détecteur de fumée soient limités, ils sont cohérents. En effet, une équipe indépendante française a testé la même hypothèse (sans que nos équipes ne le sachent) et ont obtenu un résultat très similaire. Voir des complots machiavéliques derrière chaque évènement n’est pas uniquement une tentative de donner un sens au monde. Un besoin de gratification personnelle entre également dans l'équation : vous avez l’impression de détenir des informations exclusives, et donc d’être différent des autres.


Source de l'article: motherboard



allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article


allnews_image

Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer ? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rassemblera les 18 et 19 mars un panel de 18 experts à Genève, en Suisse — ch

Lire l'article


allnews_image

Si auparavant la prédiction des comportements humains était une priorité pour améliorer la performance des entreprises et améliorer notre quotidien, aujourd’hui le souci de la protection de nos données est devenu un enjeu majeur.

Lire l'article


allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article



allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article


allnews_image

Dans le cadre d'un long voyage spatial à destination de Mars, les algues pourraient permettre de nourrir les astronautes, de les protéger du rayonnement cosmique, et même les aider à respirer.

Lire l'article



allnews_image

L’intelligence artificielle gagne du terrain depuis plusieurs années. Elle fascine, intéresse mais fait également peur. Beaucoup craignent, qu’un jour, elle puisse entraver les actions de l’homme l’homme dans son quotidien. Ces craintes ont inspiré de nom

Lire l'article


allnews_image

Mauvaise nouvelle pour la France, sur les 28 États membres de l’Union européenne le pays est en retard sur le développement des énergies renouvelables. En retard par rapport à son objectif annoncé pour 2020, mais en retard également par rapport à ses vois

Lire l'article


allnews_image

Trois astrophysiciens de l'université de Vienne, en Autriche, ont étudié la faisabilité d'installer une station spatiale dans une mine ou une cavité naturelle d'un astéroïde. Une étude tout à fait sérieuse qui montre que cela est possible pour peu que cer

Lire l'article


allnews_image

Nous sommes nombreux à tenir de beaux discours en matière de recyclage. Si nous voulons réellement réduire notre empreinte écologique, nous ne devons pas nous contenter de veiller à séparer le plastique des ordures ménagères. Alors que nous entamons une n

Lire l'article




allnews_image

L’ONG Transports et Environnement et le cercle de réflexion Farm Europe dénoncent la proposition de la Commission européenne concernant l’utilisation de l’huile de palme dans les biocarburants.

Lire l'article