change language     -         


Les algues, ingrédient indispensable du voyage spatial vers Mars

February 27, 2019, 3:24 pm

Type: SKY

       




news_image

Dans le cadre d'un long voyage spatial à destination de Mars, les algues pourraient permettre de nourrir les astronautes, de les protéger du rayonnement cosmique, et même les aider à respirer.






E lles sont vertes, rouges ou noires. Leur texture est généralement peu ragoûtante. L’été, elles impatientent les vacanciers et dégoûtent les enfants. Et pourtant, elles sont le deuxième poumon de la planète après les forêts tropicales en fournissant 50% de l’oxygène terrestre. On ne rend pas assez justice aux algues et à leurs vertus. Interrogés par WiredEmily Matula, chercheuse à l’Université du Colorado et l’équipe du projet Space Algae de la NASA en sont sûrs : les algues sont le chaînon manquant d'une possible colonisation de Mars.

La planète rouge est à 55 millions de kilomètres de la Terre. Une équipée prendrait des années et demanderait une cargaison considérable de vivres. Outre le besoin primaire consistant à se nourrir, un voyage spatial de longue durée nécessite de prendre en compte d'autres « contraintes » telles que le traitement des déchets, le rayonnement cosmique, ou même la création d'un dispositif permettant de respirer. Bonne nouvelle : « les algues pourraient être la solution », affirme Emily Matula.

https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/usb-prd-upload/images/thumb_840xh/5c758571bddf3.jpg

Les algues, meilleur ami de l'homme en voyage vers Mars ? / © Pixabay

 

Sur le site du projet Space Algae de la NASA, on peut ainsi lire que « la culture d’algues est un système capable de recycler le CO2 ». En 1961, un homme a (sur)vécu un mois entier dans une pièce de 4m3 en utilisant des algues pour transformer le dioxyde de carbone en oxygène, rapporte Wired. Une anecdote détaillée dans le manuel Environmental Biotechnology.

Les algues, on le sait, sont mangeables. Surtout, elles regorgent de nutriments, comme le rappellent les nutritionnistes depuis plusieurs années. Autre vertu des algues : elles peuvent se nourrir des déchets des astronautes, recycler les nutriments comme le phospore ou le nitrogène, et générer un élément nutritif. « Ce sera davantage un complément alimentaire qu’un aliment de base », tempère dans Wired Kevin Tyre, un analyste de la Station spatiale internationale qui travaille sur le projet Space Algae. Attention aussi à sa valeur nutritionnelle, pointe Raymond Wheeler, physiologiste végétal à la NASA : « Certaines sortes d'algues sont trop riches en protéines ».

 

Sur le long terme, les huiles à base d'algues rendront la fabrication de plastique possible, et donc à terme la confection d’objets dans l’espace

 





En 2015, dans la revue Science Advances, le chercheur Charles Limoli, de l’Université de Californie, pointait le risque encouru par les astronautes en cas de vol spatial de longue durée. Ils pourraient notamment être victimes des rayonnements cosmiques qui, à terme, perturberaient leur système nerveux. « Ces radiations cosmiques pourraient altérer les capacités cognitives (mémoire, capacité de concentration, ndlr) des astronautes pendant toute leur vie », estime-t-il. Pour l’instant, les astronautes se protègent avec différents matériaux. Mais les chercheurs travaillant sur le projet Space Algae estiment que puisque les algues tolèrent les rayons cosmiques, on pourrait imaginer une nouvelle forme de protection utile aux astronautes.

Enfin, dernière métamorphose possible de l’algue : une fois transformée en huile, elle pourrait servir d'ingrédient à la fabrication de biodiesel. « Si on prive les algues de nitrogène ou de soufre, elles produisent des huiles riches en énergie », explique à Wired Mark Settles, directeur de recherche du projet Space Algae. Le chercheur estime que sur le long terme, ces huiles rendront possible la fabrication de plastique, et donc à terme la confection d’objets dans l’espace. Reste encore à assurer une culture des algues dans des conditions de micro-gravité...

 


Source de l'article: usbeketrica




allnews_image

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession for

Lire l'article


allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article




allnews_image

Si auparavant la prédiction des comportements humains était une priorité pour améliorer la performance des entreprises et améliorer notre quotidien, aujourd’hui le souci de la protection de nos données est devenu un enjeu majeur.

Lire l'article


allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article


allnews_image

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable

Lire l'article


allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article