change language     -         


Lâchés par Trump et menacés par Erdogan, les Kurdes de Syrie appellent la France à l'aide

December 22, 2018, 7:38 pm

Type: politic

       




news_image

Deux combattants des YPG à Ash Shaddadah, en septembre 2018. (Delil SOULEIMAN/AFP)

Les miliciens kurdes YPG, à la tête de la coalition FDS qui domine le nord du pays, poussent un cri d'alarme. Et alertent sur le sort de leurs 1.000 prisonniers djihadistes.


 

La décision abrupte de Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie, prise lors d'un échange téléphonique le 14 décembre avec Recep Tayyip Erdogan et annoncée jeudi, a pris une nouvelle dimension ce vendredi avec les menaces du président turc à l'encontre des Kurdes de Syrie, jusque-là protégés par la présence des troupes de la coalition internationale anti-organisation Etat islamique (EI) emmenée par Washington.

Lors d'un discours à Istanbul, Erdogan a ainsi assuré, froidement, que son pays tâcherait "d'éliminer les YPG [miliciens kurdes] et les résidus de Daech [acronyme arabe de l'EI]". Il a toutefois affirmé qu'il avait décidé, en accord avec Donald Trump, de surseoir dans l'immédiat à l'offensive qu'il prévoyait de lancer dans le nord de la Syrie contre les YPG.

 Ce sursis ne sera pas évidemment pour une période indéfinie. 

Quelque 2.000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales présentes pour combattre l'organisation Etat islamique et entraîner les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes. 

La menace des prisonniers djihadistes

La décision américaine pourrait en outre contraindre la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) à renoncer à combattre l'EI. 

"Combattre le terrorisme sera difficile parce que nos forces seront obligées de se retirer des lignes de front [dans la province] de Deir Ezzor [dernier bastion de l'EI, NDLR], pour prendre position sur la frontière avec la Turquie pour contrer toute éventuelle attaque", a déclaré Ilham Ahmad, une des responsables de l'appareil politique de la coalition, présente à Paris pour discuter avec le gouvernement de la nouvelle donne provoquée par l'annonce du retrait américain de Syrie.





Pris entre deux feux, les Kurdes agitent également la menace de la libération de centaines de djihadistes étrangers qu'ils détiennent actuellement. 

 Nous craignons de ne plus maîtriser la situation et qu'il soit difficile pour nous de les garder dans une localité déterminée. 

Un autre responsable également présent à Paris, Riad Drar, a déclaré qu'une telle libération serait évidemment involontaire. "Nous craignons que le chaos [que provoquerait une offensive turque, NDLR] ne nous permette pas de protéger les localités où ils [els djihadistes, NDLR] se trouvent." 

Le sort des djihadistes étrangers détenus en Syrie est un vrai casse-tête pour les nombreux pays d'origine de ces prisonniers, qui ne souhaitent pas leur libération, mais ne souhaitent pas non plus les récupérer sur leur sol, offrant ainsi à leurs geôliers, les Kurdes, un levier diplomatique important. 

La France, appelée à l'aide, reste muette

Les deux responsables de la coalition étaient ce vendredi à Paris pour être reçus au palais présidentiel et discuter de la situation.

"Nous demandons aux Français un soutien diplomatique", a souligné Ilham Ahmad, estimant que les autorités françaises "peuvent faire pression sur la Turquie pour qu'elle arrête ses menaces".

"Nous avons demandé aussi que les forces [françaises, NDLR]assument leur tâche dans la région jusqu'à une solution politique soit trouvée."





Paris n'a pas encore répondu à cet appel. La France participe à une coalition internationale conduite par les Etats-Unis pour combattre les djihadistes en Syrie et en Irak. Elle a déployé son artillerie et son aviation. Selon plusieurs sources, des éléments des forces spéciales sont aussi présents au sol en Syrie, mais le gouvernement n'a jamais confirmé cette présence.

"Quand le président Trump dit que Daech est mort, nous considérons aujourd'hui que si le califat territorial n'est plus ce qu'il était en 2014 [...], s'il est réduit à peau de chagrin, il reste encore une poche dans laquelle les djihadistes de Daech sont repliés", a déclaré ce vendredi matin la ministre française des Armées Florence Parly.

"Nous considérons que ce travail-là doit être terminé. Nous ne partageons pas du tout l'analyse selon laquelle le califat territorial serait anéanti", a ajouté la ministre.

 Le risque, en ne finissant pas ce travail, c'est de laisser perdurer des groupes et que ces groupes reprennent leurs activités. 


Source de l'article: L'obs




allnews_image

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession for

Lire l'article


allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article


allnews_image

Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer ? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rassemblera les 18 et 19 mars un panel de 18 experts à Genève, en Suisse — ch

Lire l'article




allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article


allnews_image

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable

Lire l'article


allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article


allnews_image

Dans le cadre d'un long voyage spatial à destination de Mars, les algues pourraient permettre de nourrir les astronautes, de les protéger du rayonnement cosmique, et même les aider à respirer.

Lire l'article