change language     -         


Ces cryptomonnaies qui prospèrent dans l'ombre du bitcoin

January 8, 2018, 7:11 am

Type: ECONOMYBank

       




news_image

Plus d'un millier de monnaies virtuelles ont été créées depuis 2009. Certaines ont flambé… en toute discrétion. Lesquelles ? Revue de détail.


C'est l'arbre qui cache la forêt. La frénésie qui entoure le bitcoin ne doit pas faire oublier que le phénomène des monnaies virtuelles ne se limite pas à cette cryptodevise. De fait, 1 370 monnaies virtuelles ont été recensées à ce jour. La plupart ont moins de cinq ans. Une poignée d'entre elles connaissent, depuis la fin décembre, un engouement d'autant plus grand que le cours du bitcoin hoquette après avoir atteint de vertigineux sommets. Le Point vous propose de découvrir cinq monnaies virtuelles, parmi les plus importantes (1) du moment. Des crypto-assets (comme disent les spécialistes) moins connus du grand public, mais sur lesquels misent nombre d'investisseurs.

Ripple, l'étoile montante

Lancée en 2012 par une start-up californienne (Ripple Labs), dans le but de faciliter et sécuriser les paiements interbancaires, cette monnaie virtuelle, parfois désignée sous le nom de XRP, a connu un boom phénoménal en 2017. Son cours s'est ainsi envolé de plus de 36 000 % en douze mois. Plébiscité en Asie (25 % du volume de transaction en XRP se fait en Corée, 10 % à Hong Kong), le ripple rassure d'autant plus les investisseurs que sa volatilité est limitée. Sur les 100 milliards d'unités de XRP émises, seuls 39 milliards sont en circulation. Seule limite : là où le bitcoin est utilisable auprès d'un nombre croissant de plateformes de vente en ligne, le ripple est une monnaie de compensation et se cantonne, à ce jour, à un écosystème restreint aux établissements bancaires adhérents. Ce qui n'empêche pas les particuliers d'en acheter à titre de placement ! Le cours de cette monnaie virtuelle s'établissait, le 5 janvier, à 3,34 dollars l'unité, ce qui valorise l'ensemble de la masse monétaire en circulation autour de 130 milliards de dollars (la moitié de la capitalisation globale actuelle du bitcoin). Selon Les Échos, une centaine d'institutions financières, parmi lesquelles UBSUniCreditAmerican Express ou encore SAP ont adopté ce protocole Ripple pour accélérer la vitesse des transferts d'argent entre leurs agences. Ce qui séduit ces entreprises ? En premier lieu : le fait que les transactions transfrontalières (effectuées en XRP) soient instantanées, alors qu'elles prennent habituellement plusieurs heures, voire quelques jours. Autre argument : sa sécurité. De nombreuses banques seraient sur le point d'y souscrire pour suppléer, et même remplacer le réseau interbancaire Swift qu'elles utilisent actuellement et qui s'est récemment fait « hacker » à plusieurs reprises.

Ethereum, plus smart que le bitcoin

En circulation depuis 2015, l'ether, aussi appelé parfois ethereum en référence au nom du « protocole d'échange » mis au point par l'ingénieur informatique russo-canadien Vitalik Buterin, se distingue du bitcoin en ce qu'il se présente comme l'outil de base des « smart contracts » : des contrats financiers « intelligents » prévus pour s'enclencher automatiquement quand les conditions prévues à leur signature sont remplies, et ce, sans intervention d'une tierce personne. En clair : ces nouveaux contrats évitent que des intermédiaires mal intentionnés ne bloquent les commissions ou rémunérations prévues lorsque certaines transactions sont opérées par des plateformes Internet de style Airbnb ou Uber. Le fait que l'ethereum garantisse ainsi l'exécution des contrats explique le fait que de plus en plus d'internautes misent sur l'invention de Vitalik Buterin. L'ether a vu son cours grimper de plus de 9 000 % en 2017. Il faut aujourd'hui débourser autour de 1 000 dollars pour acquérir une unité d'ether. Ce qui porte la capitalisation globale de cette monnaie virtuelle à plus de 100 milliards de dollars (96,7 millions d'ether sont en circulation).

Cardano, le petit nouveau

C'est l'une des dernières nées dans l'univers des cryptomonnaies. Apparu fin novembre, le « jeton ADA », aussi surnommé cardano, est devenu en moins d'un mois la quatrième monnaie la plus importante de la Toile (si l'on fait abstraction de la déclinaison du Bitcoin Cash). Cotant 1 dollar l'unité, le 5 janvier, ses 26 milliards d'unités représentent une masse monétaire virtuelle de près de 30 milliards. Et sa capitalisation ne cesse de croître. Car depuis que le bitcoin décroche, le cardano s'envole. Cette nouvelle monnaie a connu son plus haut niveau le 4 janvier à près de 1,3 l'unité. Son originalité ? Le cardano se développe sur un algorithme mathématique « preuve d'enjeu » (PoS) nommé Ouroboros (clin d'œil à un monstre de serpent qui se mord la queue commun à de nombreuses mythologies : égyptienne, phénicienne et nordique). Un algorithme, mis au point par deux ingénieurs, l'Américain Charles Hoskinson et le Grec Aggelos Kiayias, et que les experts qualifient de particulièrement « robuste ».

NEM, made in Japan

Acronyme de l'expression New Economy in Movement, le NEM suscite depuis six mois un engouement impressionnant. Sa valeur (1,67 dollar au 5 janvier) a crû de près de 30 000 % en 2017. Un peu moins de 9 milliards de NEM ont été créés, à ce jour, par l'entreprise japonaise NemProject dans le cadre de la mise en place, en mars 2015, d'un système de distribution englobant à la fois une messagerie chiffrée et la possibilité de créer des « comptes » multisignatures. Mettant en œuvre une double validation (par "proof of stake" et "proof of importance"), la blockchain qui authentifie cette cryptomonnaie ne fait intervenir que des ordinateurs dont la « réputation » a été éprouvée. Il serait donc particulièrement sûr. Cette blockchain, actuellement testée dans un réseau commercial nippon, sous le nom de Mijin, autorise non seulement la création de monnaie virtuelle, mais aussi l'émission d'actions, d'obligations ou de coupons dans cette devise.

Litecoin, la Google monnaie

Développée depuis octobre 2011 par un ancien ingénieur de chez Google, le litecoin apparaît comme une version modifiée du bitcoin où la mise à jour des blocs (les inscriptions au grand registre qui permettent d'enregistrer les transactions et garantissent la sécurité des échanges dans cette monnaie virtuelle) intervient toute les 2 min 30. Au lieu de toutes les dix minutes pour le bitcoin. Son avantage réside dans la vitesse de confirmation des échanges réalisés dans cette devise, ce qui implique des frais de transactions moindres. Le litecoin affiche une valeur de 250 dollars au 5 janvier. Il n'en a, à ce jour, été émis que 54 millions d'unités (sur les 84 millions annoncées au moment de sa création). Ce qui représente une valorisation globale de 13,6 milliards de dollars. Un montant qui devrait progresser dans les mois qui viennent. Car après une année 2017 plutôt sage, comparé aux autres cryptomonnaies (plus de 5 000 % de hausse quand même !), nombreux sont les analystes à penser que le litecoin supplantera prochainement le bitcoin.

(1) Le critère retenu est celui de la masse monétaire en circulation au 5 janvier.

Tableau ci-dessous : le pourcentage de hausse des cryptomonnaies en 2017 :


Source de l'article: www.lepoint.fr



allnews_image

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession for

Lire l'article


allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article


allnews_image

Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer ? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rassemblera les 18 et 19 mars un panel de 18 experts à Genève, en Suisse — ch

Lire l'article


allnews_image

Si auparavant la prédiction des comportements humains était une priorité pour améliorer la performance des entreprises et améliorer notre quotidien, aujourd’hui le souci de la protection de nos données est devenu un enjeu majeur.

Lire l'article


allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article



allnews_image

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable

Lire l'article


allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article


allnews_image

Dans le cadre d'un long voyage spatial à destination de Mars, les algues pourraient permettre de nourrir les astronautes, de les protéger du rayonnement cosmique, et même les aider à respirer.

Lire l'article




allnews_image

L’intelligence artificielle gagne du terrain depuis plusieurs années. Elle fascine, intéresse mais fait également peur. Beaucoup craignent, qu’un jour, elle puisse entraver les actions de l’homme l’homme dans son quotidien. Ces craintes ont inspiré de nom

Lire l'article


allnews_image

Mauvaise nouvelle pour la France, sur les 28 États membres de l’Union européenne le pays est en retard sur le développement des énergies renouvelables. En retard par rapport à son objectif annoncé pour 2020, mais en retard également par rapport à ses vois

Lire l'article


allnews_image

Trois astrophysiciens de l'université de Vienne, en Autriche, ont étudié la faisabilité d'installer une station spatiale dans une mine ou une cavité naturelle d'un astéroïde. Une étude tout à fait sérieuse qui montre que cela est possible pour peu que cer

Lire l'article