change language     -         


« Le problème n’est pas le prix du carburant. Le problème, c’est le carburant. »

November 4, 2018, 9:47 am

Type: consumption

       




news_image

 

Le 17 novembre nous pompe l’air. Vous en avez entendu parler, de cet appel à bloquer les routes pour protester contre la hausse du prix du carburant ? Après une pétition signée par près de 300 000 personnes en cinq jours, des dizaines d’appels à bloquer les routes le 17 novembre se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Une vidéo publiée le 24 octobre et appelant les automobilistes à déposer un gilet jaune devant leur pare-brise a cumulé quatre millions de vues, et le 15 octobre, un groupe «Stop au carburant au prix de l’or» s’est créé, rassemblant depuis près de 66 000 membres. Depuis, il a changé son nom pour «La France en colère». Ces mouvements sont-ils politiques ? Des tas d’articles vous en parleront.

Mais de fait, le problème n’est pas tant de connaître l’origine exacte de cet appel à bloquer les routes, mais de réaliser qu’à l’heure où nous n’avons d’autre choix que de réduire au strict minimum notre dépendance aux énergies fossiles, entre deux marches pour le Climat, le peuple français s’apprête à descendre dans la rue pour râler contre l’augmentation des prix à la pompe. Le premier enseignement de cet appel au 17 novembre, c’est le symptôme flagrant de notre déni sociétal. Une espèce de schizophrénie pas banale.
Si notre objectif – puisque notre objectif – est de limiter drastiquement le réchauffement climatique dans les plus brefs délais, comment penser que les changements conséquents que cela impliquera se feront sans heurt ? Oui, le prix du carburant va augmenter. Et encore augmenter. Parce que les ressources se raréfient, parce que les lobbies pétroliers veulent en profiter, parce nos dirigeants ne prendront pas le taureau par les cornes, ou pas de la bonne façon. Oui, si le prix du carburant augmente, une vraie politique de transports doux doit être pensée, et mise en place par l’Etat, cette hausse doit venir financer un vrai maillage du territoire, des campagnes, là où les Français ne peuvent vivre autrement qu’avec une voiture. Et puis des systèmes de co-voiturage, et surtout de télé travail, doivent être proposés par les entreprises avec une véritable politique incitative de la part de l’Etat. Les solutions existent, tout le monde le sait. Elles doivent être mises en place, sans attendre.





Et puis plus tard, c’est certain, peu à peu, il va falloir s’y faire, la hausse du carburant impliquera pour certains de changer leur façon d’exercer leur métier, ou de changer de poste, si leur métier ou leur poste implique de faire des trajets de 50 ou 70 kilomètres en voiture chaque jour sur une planète qui ne peut plus le tolérer… Oui, les défis qui nous attendent impliqueront d’effectuer des changements colossaux, et de remettre en question ce qu’a été notre vie jusque-là. Pas à contre cœur, mais avec courage et enthousiasme, en trouvant un vrai sens à sa vie, parce que « notre vie de jusque-là » ne tient pas la route. Parce qu’on ne change pas le monde simplement en arrêtant d’acheter ses vêtements chez H&M.
Alors encore oui, cela va être difficile. Non, cela ne va pas se faire sans efforts individuels et collectifs. Et oui, nous pouvons relever le challenge. Nous le devons, et il va falloir s’y faire.

Ce que les réactions à cet appel permettent aussi de mesurer, c’est le ras-le-bol des Français : des Français qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts dans des conditions économiques et sociales de plus en plus complexes (un Français sur cinq ne mange pas à sa faim), des Français scandalisés par les choix de dirigeants qui nomment la responsable de communication de Danone secrétaire d’Etat à l’environnement, ou encore qui refusent d’interdire le glyphosate.

Nous en avons ras-le-bol ? Ne nous trompons pas de combat.
Ne descendons pas dans les rues pour râler contre la hausse du carburant. C’est un leurre.
Le problème n’est pas le prix du carburant. Le problème, C’EST le carburant.
Le problème, c’est Total, ses incursions inadmissibles dans les rares lieux de nature encore préservés, sa stratégie d’investissement coûteuse en émissions de gaz à effet de serre… Le problème, c’est Total mais aussi les autres compagnies pétrolières, guère plus vertueuses, et le fait que des milliards de personnes  dépendant chaque jour de ces entreprises scandaleusement irrespectueuses de l’environnement et des enjeux colossaux que nous nous devons de prendre en compte pour survivre.
Le problème, c’est eux. Et puis c’est Danone, c’est Nestlé. C’est le système, c’est le paradigme





Pour faire savoir notre ras-le-bol d’un système qui nous dit qu’il va changer depuis 1992 mais qui rechigne encore à mettre le pied à l’étrier, pour dire à nos dirigeants et aux entreprises que nous sommes prêts, et que nous n’en pouvons plus de les attendre, ce que nous devons boycotter, ce sont les multinationales qui s’immiscent dans le droit des Etats et le droit des peuples. Ce que nous devons boycotter, ce sont les supermarchés et les enseignes de fast food qui nous empoisonnent, et les magasins de fast fashion qui nous poussent à la surconsommation, et le plastique à outrance qui nous asphyxie, et les pesticides qui nous tuent à petit feu.

Alors ne nous trompons pas de combat. Si nous rejoignons ceux qui descendent dans la rue pour dénoncer la hausse des prix du carburant, en espérant dénoncer autre chose, en espérant faire converger les luttes, c’est illusoire : les médias aiment les raccourcis, et ils ne prendront pas la peine de dissocier les revendications.

Faisons preuve d’un peu de patience, et attendons une petite semaine de plus : le 23 novembre, 6 jours plus tard, ce sera le Green Friday. Cette journée a été co-organisée conjointement par Climate Friday, « Il est encore temps », Boycott Citoyen, Plastic Attack, et i-boycott. Il viendra contrer le Black Friday, ce jour de consommation à outrance où les grandes enseignes bradent leurs produits payées à bas coûts par les acheteurs, mais produites au prix fort par des ouvriers exploités, et par la planète dont les ressources sont pillées à outrance, tout ça pour changer un four qui fonctionne très bien ou nous offrir un cinquième petit pull, ne soyons pas dupes.
Et puis le 8 décembre, ce sera la marche mondiale pour le Climat au moment de la COP. C’est là qu’il faudra être nombreux, plus nombreux que pour la Coupe du Monde, plus nombreux, s’il vous plaît, que pour Johnny, plus nombreux, par pitié, que le 17 novembre…

Rejoignez le mouvement : chaque jour, Boycott Citoyen ajoute une marque à la liste noire des produits dont nous ne voulons plus, au nom de notre avenir. Pour participer à la magie des réseaux sociaux, c’est par ici !


Source de l'article: Boycottcitoyen



allnews_image

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession for

Lire l'article


allnews_image

Un nouveau défi viral fait le tour de monde sur les réseaux sociaux, et pour une fois, c’est pour la bonne cause ! En effet, il s’agit d’un projet auquel tout le monde peut participer, et qui est bénéfique pour la planète.

Lire l'article


allnews_image

Ce jeudi, une quarantaine d'abeilles révoltées s'en sont pris au siège du géant pharmaceutique Bayer, propriétaire récent des pesticides Monsanto, pour dénoncer leur disparition imminente causée par ces produits. Non, nous ne sommes pas dans Bee Movie, il

Lire l'article


allnews_image

Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer ? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rassemblera les 18 et 19 mars un panel de 18 experts à Genève, en Suisse — ch

Lire l'article


allnews_image

Si auparavant la prédiction des comportements humains était une priorité pour améliorer la performance des entreprises et améliorer notre quotidien, aujourd’hui le souci de la protection de nos données est devenu un enjeu majeur.

Lire l'article



allnews_image

Une chose est sûre, nous n’avons pas toutes et tous la même prédisposition cérébrale à effectuer des calculs mentaux. Certaines personnes ont de la facilité sans s’exercer, tandis que d’autres rencontrent un peu plus de difficultés. Quoi qu’il en soit, l’

Lire l'article


allnews_image

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable

Lire l'article


allnews_image

Une mise en parallèle très intéressante entre plantes et arithmétique : la suite arithmétique de Fibonacci, le nombre d'or et la beauté des spirales de la botanique... troublant !

Lire l'article


allnews_image

Le réchauffement climatique pourrait faire disparaître les stratocumulus – ces nuages de basse altitude qui permettent, entre autres, de refroidir l’atmosphère. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire l'article


allnews_image

Dans le cadre d'un long voyage spatial à destination de Mars, les algues pourraient permettre de nourrir les astronautes, de les protéger du rayonnement cosmique, et même les aider à respirer.

Lire l'article




allnews_image

L’intelligence artificielle gagne du terrain depuis plusieurs années. Elle fascine, intéresse mais fait également peur. Beaucoup craignent, qu’un jour, elle puisse entraver les actions de l’homme l’homme dans son quotidien. Ces craintes ont inspiré de nom

Lire l'article


allnews_image

Mauvaise nouvelle pour la France, sur les 28 États membres de l’Union européenne le pays est en retard sur le développement des énergies renouvelables. En retard par rapport à son objectif annoncé pour 2020, mais en retard également par rapport à ses vois

Lire l'article